«Lien clair» entre le vaccin AstraZeneca et les caillots pour un responsable de l'EMA

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

«Lien clair» entre le vaccin AstraZeneca et les caillots pour un responsable de l'EMA

Publié le 07/04/2021 à 00:58 - Mise à jour à 00:59
© Fred TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s):
-A +A

Le Royaume-Uni a suspendu un essai sur des enfants pendant que les caillots sont étudiés

Un responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré mardi qu'il existe un «lien clair» entre le vaccin AstraZeneca et des caillots sanguins mortels dans le cerveau peut-on lire dans un article du site NationalFile.

Marco Cavaleri, président de l'équipe d'évaluation des vaccins à l'EMA, a déclaré au journal italien Il Messagero qu'à son avis,

« nous pouvons maintenant dire qu'il est clair qu'il existe une association (des caillots sanguins cérébraux) avec le vaccin. » 

Il a ajouté que s'il était sûr qu'il y avait un «lien clair» avec le vaccin AstraZeneca et les caillots sanguins, on ne sait toujours pas encore quelle est la cause réelle des caillots cérébraux mortels.

L'EMA enquête actuellement sur 44 rapports de coagulation cérébrale survenus dans l'Espace économique européen de personnes ayant reçu le vaccin. L'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé du gouvernement britannique a également signalé 44 autres cas de caillots sanguins, dont 7 sont décédés selon les derniers chiffres du 24 mars. Reuters a rapporté qu'une proportion élevée des cas touchés concernaient des femmes jeunes et d'âge moyen, mais l'EMA n'a pas encore conclu si elles sont particulièrement à risque du coup.

Connus sous le nom de thrombose du sinus veineux cérébral (CVST), les caillots sont accompagnés de faibles taux de plaquettes et d '«anticorps rares» dans le sang liés à d'autres troubles de la coagulation. «Cela soulève la possibilité que le vaccin puisse être un facteur causal dans ces cas rares et inhabituels de CVST, bien que nous ne le sachions pas encore, donc des recherches supplémentaires sont nécessaires de toute urgence», a déclaré la semaine dernière le professeur David Werring, de l'Institut de neurologie de l'UCL.

L'agence devrait publier sa revue du vaccin AstraZeneca mercredi ou jeudi, Cavaleri confirmant au journal que la revue noterait qu'il existe un lien entre les caillots sanguins et le vaccin. Cependant, l'examen n'était «pas susceptible de donner une indication ... concernant l'âge des personnes à qui le vaccin AstraZeneca devrait être administré».

Un certain nombre de pays européens ont commencé à imposer des restrictions sur l'administration des vaccins AstraZeneca aux personnes d'un certain âge, généralement en dessous de 60 ans, dont la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. Le Royaume-Uni a également suspendu un essai en cours du vaccin AstraZeneca sur des enfants pendant que la MHRA enquête sur les caillots sanguins.

«Bien qu'il n'y ait pas de problème de sécurité dans l'essai clinique pédiatrique, nous attendons des informations supplémentaires de la MHRA sur son examen de rares cas de thrombose / thrombocytopénie qui ont été signalés chez des adultes, avant de procéder à d'autres vaccinations dans le cadre de l'essai» a déclaré mardi un porte-parole de l'Université d'Oxford, qui a développé le vaccin en collaboration avec AstraZeneca

En France, la vaccination avec l’AstraZeneca continue avec le pharmacien Philippe Besset président de la FSPF (fédération des syndicats pharmaceutiques) qui nous expliquait que le problème principal était l’approvisionnement du vaccin alors que le Dr Amine Umlil était plus précautionneux vis-à-vis de ces traitements pour lesquels il n’y a pas assez de recul selon lui.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




«Lien clair» entre le vaccin AstraZeneca et les caillots sanguins dans le cerveau pour un responsable de l'EMA

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-