Une nouvelle étude de l'IHU Méditérranée : l'HCQ continue d'obtenir des résultats positifs

Une nouvelle étude de l'IHU Méditérranée : l'HCQ continue d'obtenir des résultats positifs

Publié le 04/06/2021 à 15:13
Christophe SIMON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Hier, c’était une étude du Pr Montastruc de l’Hôpital Cochin, publiée dans la revue CMI (Clinical microbiology and infection), qui attirait l’attention sur l’effet toxique du remdesivir, notamment sur la cardio toxicité – un tweet du professeur Raoult en tirait la quintessence.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle étude de l’IHU qui passe au comité de lecture avant publication. Les auteurs y montrent que sur la série de 2 111 patients hospitalisés à l’IHU en 2020, 1200 ont été traités avec la bithérapie HCQ+AZM (hydroxychloroquine et azithromycine). La mortalité est diminuée de 30% et c’est un effet significatif. 

Résultats : Sur les 2 111 patients hospitalisés, dont l’âge médian est 67 ans [IQR 55-79 interquartile 25% avaient moins de 55 ans et 25% plus de 79 ans], 54,7 % sont des hommes, 12,8% (271) ont été transférés à l’unité de soins intensifs et 11,3 % (239) sont décédés (l’âge moyen des patients décédés était de 81,2 ans).

Le traitement par HCQ-AZ, utilisé chez 1 270 patients, a été un facteur indépendant de protection contre la mort (OR : 0,68 [0,52 – 0,88]), y compris dans les sous-groupes de patients pour lesquels le traitement était contre-indiqué, refusé ou non proposé.

Le zinc était indépendamment protecteur contre la mort (OR : 0,39 [0,23 – 0,67]), dans une analyse de sous-groupe des patients traités par HCQ-AZ. La dexaméthasone était un facteur indépendant associé à la mort pour des patients présentant crp 100mg/L.

L’utilisation de l’oxygénothérapie à haut débit chez les patients âgés, qui n’étaient pas admissibles au transfert en unité de soins intensifs, a permis de sauver 19 patients (33,9 %).

Conclusions : le traitement du covid-19 avec HCQ-AZ est associé à une mortalité plus faible. La qualité des soins perpétrée au fil du temps et analysée dans de grandes études monocentriques reste plus précieuse que les essais multicentriques randomisés lors de nouvelles épidémies.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Still standing

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-