L’isolement obligatoire des personnes testées positives et des cas contact dans les tuyaux

L’isolement obligatoire des personnes testées positives et des cas contact dans les tuyaux

Publié le 23/11/2020 à 14:06
Dillon Shook / Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
La solution de l’isolement obligatoire sera-t-elle retenue par l’exécutif ? L’hypothèse de mesures coercitives suscite le débat et appelle la prudence.
 
Mais avec cette question, l’exécutif marche sur des œufs, quand bien même le conseil scientifique avait sonné l’alerte dès septembre sur le « non-respect des mesures d’isolement par une partie importante des personnes atteintes par le virus ou contacts à risques ». 
 
Chef des urgences à l’hôpital Georges Pompidou de Paris, Philippe Juvin est encore plus clair :
 
« Aujourd’hui, dans les faits, il n’y a pas d’isolement. Ça ne sert à rien de tester des millions de Français si c’est pour ensuite les renvoyer chez eux lorsqu’ils sont positifs et infecter leur entourage »
 
Alors que faire ? La mise à disposition de chambres d’hôtel au premier déconfinement a été un flop monumental et les ARS sont bien dans l’incapacité de contacter les personnes malades, positives ou potentiellement positives « deux fois par jour pour s’assurer du respect des mesures d’isolement » (comme indiqué sur le site de l’Assurance maladie). 
 
Proposition parlementaire
 
En réalité, ce sont les députés du groupe Agir Ensemble (majorité présidentielle) qui ont lancé le ballon d’essai en proposant de faire de l’auto-isolement « une obligation légale pour toute personne testée positive ou cas contact ».
 
« Des contrôles aléatoires seraient réalisés au domicile des personnes concernées. Tout manquement serait passible d’une amende de 10 000€ »
 
Pour le président de ce groupe, le député du Haut-Rhin Olivier Becht, cité par Le Monde, l’exécutif devrait miser sur « la peur du gendarme », se montrer « suffisamment dissuasif pour empêcher qu’une personne positive sorte de chez elle et continue à propager le virus ». 
 
Une « option sur la table »
 
Des mesures coercitives pour faire respecter l’isolement, l’hypothèse n’est pas quoiqu'il en soit pas exclue par Matignon. Le Monde cite l’entourage du premier ministre : « c’est une option qu’on travaille juridiquement ». Car il est bien question aussi, de libertés individuelles. 
 
D’ailleurs, les différents membres du gouvernement interrogés sur le sujet restent flous. Ainsi Olivier Véran jeudi soir :
 
« Cela fait l’objet d’un débat (…) Il n’y a pas de pays qui réussit dans mesures de gestion, de restrictions temporaires des libertés (…) Il faut peut-être améliorer les dispositifs d’isolement »
 
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement :
 
«  C’est une piste qui existe (…) ça nécessite une discussion et un débat démocratique parce qu’aujourd’hui dans la loi française, vous ne pouvez pas imposer à un malade de rester isolé parce qu’il est malade »
Le premier ministre Jean Castex s'interroge. En visite la semaine dernière à l’hôpital de Brest, il a ainsi fait remarquer :
 
« Je suis persuadé que vous avez des gens, si vous leur dites « vous avez une obligation de vous isoler », ils ne se feront pas tester »
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Comment faire respecter l'isolement des personnes testées positives et des cas contacts ? Un casse-tête pour l'exécutif

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-