Maladies génétiques: un autotest autorisé à la vente aux Etats-Unis

Maladies génétiques: un autotest autorisé à la vente aux Etats-Unis

Publié le 22/02/2015 à 12:19 - Mise à jour le 25/02/2015 à 15:50
©Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Les autorités sanitaires américaines ont autorisé jeudi 19 la vente d'un kit pour réaliser des tests génétiques soit-même et à domicile. Il avait pourtant été d'abord interdit en 2013.

Décrypter son ADN et prévenir les risques de maladies génétiques sans sortir de chez soi. Un concept futuriste qu'un laboratoire américain a mis en œuvre. Jeudi 19, les autorités américaines ont annoncé autoriser la commercialisation d'un kit développé par le groupe biotechnologique "23andme". Cet autotest est censé permettre aux futurs parents de connaître les risques qu'ils transmettent une maladie génétique à leurs enfants.

Comme pour les tests pratiqués par la police pour dépister l'usage de drogue ou plus récemment, l'état de fatigue d'un conducteur, il suffit d'un peu de salive. Le kit permet ensuite d'analyser l'ADN recueilli pour dépister les maladies. Le syndrome de Bloom, qui provoque des problèmes de croissance, la stérilité masculine et favorise le développement des cancers, le diabète et le cancer du sein pourraient être détectés par ce kit.

De quoi rassurer les parents a priori, mais ce test soulève également quelques questions quant à ses conséquences sur le comportement des patients et sur la libéralisation des procédés médicaux.

Le test avait en effet été interdit aux Etats-Unis en 2013 par la FDA, l'organisme américain chargé d'autoriser les médicaments. L'agence considérait que le test n'étant, comme souvent, pas fiable à 100%, il pourrait sans le contrôle d'un médecin pousser les patients à entreprendre un traitement inutile en cas de faux positif, où d'ignorer les risques en cas de test négatif.

La FDA explique sa volte-face par le fait que le test n'est plus destiné à étudier la santé de l'utilisateur mais à anticiper sur celle de ses enfants. Toutefois, étant donné les sommes en jeu dans la libéralisation des protocoles médicaux, les plus suspicieux s'interrogent sur ce revirement. La présence du géant d'Internet Google comme principal investisseur de "23andme", dont la dirigeante n'est autre qu'Anne Wojcicki, l'ex-femme d'un des fondateurs de Google, attise un peu plus ce sentiment.

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'autotest commercialisé aux Etat-Unis doit permettre de vérifier chez soi les risques de maladies génétiques

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-