Misophonie: quand les petits bruits des autres deviennent insupportables…

Misophonie: quand les petits bruits des autres deviennent insupportables…

Publié le 07/02/2017 à 20:53 - Mise à jour à 20:56
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MI
-A +A

Les bruits de mastication, les reniflements, les frottements, peuvent agacer plus que de raisons certaines personnes. Ce trouble porte un nom: la misophonie, et il n'y a aucune façon de la traiter.

Si vous ne supportez pas entendre vos collègues manger la bouche ouverte, renifler sans jamais se moucher, tapoter le bureau avec leur stylo ou encore faire des petits bruits de frottement, alors vous souffrez peut-être de misophonie.

Des chercheurs britanniques ont étudié le phénomène et ont récemment publié leurs conclusions dans la revue scientifique Current Biology. Ils ont découvert que les personnes souffrant de misophonie n'ont pas les mêmes connexions neuronales que les autres, dans certaines zones du cerveau seulement.

En effet, le lobe frontal du cerveau contiendrait trop de myéline, une substance qui sert à isoler et à protéger les fibres nerveuses. Ce qui aurait pour conséquence, chez les misophones, d'accroitre l'activité cérébrale et de provoquer des troubles de l'attention face à cette impossibilité de faire abstractions de ces petits bruits dérangeants. Il serait même difficile pour certains sujets de calmer la colère qu'ils ressentent face à cette pathologie incomprise. Poussée à l'extrême, la misophonie provoquerait même des envies de meurtres.

"Les changements neurologiques démontrés dans cette étude sont des preuves que cette maladie est un véritable trouble neurologique, ce qui devrait convaincre la communauté médicale sceptique", a espéré l'un des responsables de cette étude, travaillant dans l'Institut de neurosciences de l'université de Newcastle en Angleterre. Les scientifiques espèrent que cette étude va contribuer à développer un traitement ou au moins à attirer l'attention des médecins. Pour l'instant, la meilleure solution reste donc de mettre des boules quies, et de faire preuve de patience…

Auteur(s): MI

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Contre la misophonie, aucune traitement, uniquement les boules quies.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-