Nancy: les médecins veulent "laisser mourir" une ado dans le coma contre l'avis de ses parents

Nancy: les médecins veulent "laisser mourir" une ado dans le coma contre l'avis de ses parents

Publié le 28/11/2017 à 16:00 - Mise à jour à 16:08
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune fille de 14 ans dans le coma depuis juin dernier à l'hôpital des enfants de Nancy risque d'être "débranchée" sans l'accord de ses parents. Un rapport commencé à la fin du mois d'octobre préconise l'arrêt des soins pour la jeune Inès. L'avocat de l'hôpital et celui de la famille vont devoir se confronter en décembre.

La jeune Inès, 14 ans, est atteinte d'une grave maladie neuromusculaire et est dans le coma depuis le 22 juin dernier. Ce jour là, elle avait fait un arrêt cardiaque, depuis elle est soignée à l'hôpital des enfants de Nancy. Mais durant ces quelques mois, son état n'a pas évolué. A tel point que l'équipe qui la suit pense qu'il est sans espoir.

Ces membres du service de réanimation ont approché les parents de l'adolescente pour les convaincre d'arrêter de la maintenir en vie artificiellement. Mais les parents refusent catégoriquement de "débrancher" leur enfant et ont saisi en septembre dernier le tribunal administratif.

L'institution a alors dépêché trois pédiatres chargés de faire un rapport à partir du dossier d'Inès, mais aussi des témoignages de l'équipe médicale et des parents.

A voir aussi: Fin de vie: le rapport Claeys/Leonetti préconise de nouveaux droits pour les patients

L'Est Républicain s'est procuré le rapport commencé le 31 octobre dernier et a dévoilé ce mardi 28 les conclusions des trois professionnels chargés de sa rédaction. Et le constat est sans appel: Inès est selon eux dans un "état végétatif persistant".

Les gestes que les parents ont pris pour des réactions ne seraient selon les pédiatres que des réflexes qui ne remettraient "pas en cause le pronostic neurologique catastrophique" dont est victime l'adolescente qui est "incapable de communiquer de quelque manière que ce soit avec son entourage". Les pédiatres ont aussi noté que selon eux, elle n'aurait plus jamais la capacité d'avoir le moindre contact avec quelqu'un.

Pour la question sur laquelle les parents et l'hôpital se déchirent, la réponse est encore une fois nette. "La poursuite de traitement de suppléance vitale n'a plus de sens et relève d'une obstination déraisonnable". Pour les trois médecins, qui ont souligné que l'ado avait "formulé à plusieurs reprises (...) son souhait de ne pas vivre grabataire" avant de tomber dans le coma, il ne reste plus qu'à "laisser mourir Inès en lui assurant des soins palliatifs de qualité".

L'avocat des parents et celui de l'hôpital se retrouveront le 6 décembre prochain au tribunal administratif pour défendre leurs clients. En attendant, le sort de la jeune Inès reste en suspend.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La jeune Inès est dans le coma depuis sa crise cardiaque en juin dernier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-