Hôpitaux: le "No Bed Challenge" pour dénoncer le manque de lits aux urgences

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Hôpitaux: le "No Bed Challenge" pour dénoncer le manque de lits aux urgences

Publié le 15/03/2018 à 09:55 - Mise à jour à 10:17
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Pour dénoncer le manque de lits dans les établissements hospitaliers, les urgentistes ont lancé en janvier dernier le "No Bed Challenge", un concours dont le but est de recenser quotidiennement le nombre de patients qui ont passé la nuit sur un brancard.

Ils ont tiré le signal d'alarme. Pour dénoncer le manque de lits dans les établissements hospitaliers, les urgentistes ont lancé en janvier dernier un concours nommé "No Bed Challenge" dont le but est de recenser quotidiennement le nombre de patients qui ont passé la nuit sur un brancard, selon une information rapportée mercredi 14 par Sud Ouest.

"Cette action, basée sur les déclarations quotidiennes, par chaque service d’urgence, du nombre de patients restés sur des brancards la nuit par faute de lit d’hospitalisation, permettra d’identifier et de mettre en avant les établissements qui ont réellement pris en compte l’aval des Urgences et surtout ceux qui restent passifs dans la situation inacceptable actuelle", a expliqué François Braun, le président de Samu-urgence de France (SUdF). Tous les matins avant 10h, le responsable du service des urgences doit donc renseigner les données qu'il détient sur un site Internet avec des codes sécurisés.

L'organisme, qui publiera chaque semaine et chaque mois les 10 meilleurs élèves et les 10 moins bons, souhaite avoir un aperçu précis de la situation des services des urgences en France. Concrètement, chaque établissement se verra attribuer une couleur allant du vert (aucun patient sur un brancard) au noir (plus de huit patients sur des brancards).

Lire précédemment - Rennes: une sexagénaire meurt sur son brancard aux urgences 

"Nous ne pouvons, nous ne devons plus accepter la maltraitance des patients, la surcharge des Urgences étant, et ceci est largement prouvé, responsable d’une augmentation de la morbi-mortalité", a ajouté le président de SUdF rappelant qu'il était de notre "responsabilité d’alerter avec force les pouvoirs publics et nos concitoyens". Il s'est également dit persuadé "que tous les services d’urgence s’impliqueront totalement dans cette campagne". Au total, la nuit dernière 366 patients ont passé la nuit sur un brancard.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les urgentistes ont lancé le "No Bed Challenge" pour dénoncer le manque de lits dans les établissements hospitaliers français.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-