Nutri-score: "la santé publique a perdu face aux intérêts économiques" estime Serge Hercberg

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Nutri-score: "la santé publique a perdu face aux intérêts économiques" estime Serge Hercberg

Publié le 29/05/2018 à 12:07 - Mise à jour à 12:27
©BORIS HORVAT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Maxime Macé

-A +A

L'Assemblée nationale a refusé dimanche de rendre obligatoire l’étiquetage Nutri-Score sur les produits alimentaires. Pour le professeur Serge Hercberg, président du Programme national nutrition santé (PNNS) "on peut légitimement s'interroger sur les lobbys très puissants qui se sont exprimés contre le Nutri-Score".

Lors de l'examen du projet de loi agriculture et alimentation défendu par le ministre Stéphane Travert, les députés ont rejeté la mise en place du Nutri-Score sur les produits alimentaires. Ce dispositif devait permettre aux consommateurs de comparer la qualité nutritionnelle des aliments sous forme d'un classement (par une lettre, un chiffre ou un coloris), afin de rendre visuel et facilement accessible leurs qualités, ou défauts, nutritionnels.

Le professeur Serge Hercberg, président du Programme national nutrition santé (PNNS) qui défend la mise en place de ce dispositif, explique à France-Soir que le Nutri-Score"traduit ce qui est écrit sur l'étiquette, de façon illisible et incompréhensible, sous une forme compréhensible pour tous". Selon l'épidémiologiste, de très nombreux travaux scientifiques publiés tant français qu'internationaux confirment "que ce système est très efficace et surtout supérieur à tous les autres en termes de compréhension, perception, utilisation et impact sur la consommation des aliments achetés". "C'est vraiment un outil de santé publique utile", poursuit-il. Et d'ajouter: "il pousse les industriels à reformuler les aliments pour être mieux classés".

Serge Hercberg fait part de sa déception après le rejet de l'amendement sur la mise en place du Nutri-Score: "on peut légitimement s'interroger sur les lobbys très puissants qui se sont exprimés contre le Nutri-Score". "On a eu les chaînes de télévision, qui ont été jusqu'à écrire au Premier ministre, ainsi que certaines multinationales qui fabriquent des produits gras, sucrés et salés, et qui ne souhaitent pas une transparence sur la réalité de la composition nutrionnelle de leur produit" analyse-t-il. "Malheureusement, ces pressions, avec le chantage à l'emploi et tout un tas d'arguments discutables, ont fait perdre la santé publique par rapport aux intérêts économiques ", se désole le professeur.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert était opposé à rendre une telle mesure obligatoire, invoquant une possible contradiction avec le droit européen. Un argument qui laisse froid Serge Hercberg: "C'est un mensonge. Il n'y a pas du tout incompatibilité avec la règlementation européenne". "Le règlement InCo (Informations consommateurs, NDLR) empêche les Etats de rendre obligatoire l'imposition d'un logo sur l'emballage des aliments", concède-t-il, "mais il ne concerne pas la publicité". "De la même façon quand le ministre dit «il faut être prudent parce qu'en France le Nutri-Score est une expérimentation», c'est faux et Stéphane Travert le sait très bien puisqu'il a signé le 31 octobre un arrêté qui officialise ce système comme le logo officiel de la France", poursuit Serge Hercberg, qui ajoute que "l'Union européenne avait donné son aval sur cet arrêté".

Lire aussi - Etiquetage nutritionnel: lancement officiel du logo "Nutri-Score"

Pour le professeur, si d'autres lois pourront ouvrir des fenêtres d'actions possibles pour mettre en place le Nutri-Score, l'adoption de ce système pourrait aussi passer par une action de la société civile pour palier à un manque de volonté politique. "Si les firmes agro-alimentaires comme Coca-Cola, Pepsi, Nestlé ou encore Unilever refusent de mette le Nutri-Score, le consommateur pourra arbitrer ses choix. S'ils ne mettent pas ce système en place c'est qu'ils ont des choses à cacher. Le consommateur devra s'en souvenir au moment de ses achats", estime Serge Hercberg. Puis de conclure: "Les initiatives populaires, pétitions ou boycott peuvent permettre de contourner l'absence de volonté politique de certains de nos élus... ou ministres".

Auteur(s): Maxime Macé


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Pour le professeur Serge Hercberg, "on peut légitimement s'interroger sur les lobbys très puissants qui se sont exprimés contre le Nutri-Score".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-