Octobre rose: le tatouage sur les seins, un remède pour les survivantes du cancer (photos)

Octobre rose: le tatouage sur les seins, un remède pour les survivantes du cancer (photos)

Publié le 09/10/2017 à 11:45 - Mise à jour à 12:06
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

A l'occasion d'Octobre rose, la campagne annuelle contre le cancer du sein, de nombreuses femmes ont posté sur les réseaux sociaux des photos de leur poitrine tatouée. Pour elles, il s'agit d'un moyen pour se réapproprier leurs corps.

Comme tous les ans depuis plus de 20 ans, le mois d'octobre est rose, une couleur dédiée à la campagne d'information sur le cancer du sein. Cet évènement, qui se déroule simultanément dans 27 pays, est l'occasion d'informer d'avantage le public, de récolter des fonds pour la recherche mais aussi de permettre à des milliers de personnes de revenir sur leur combat et leur expérience.

C'est notamment le cas de dizaines de femmes qui postent depuis plusieurs jours sur Twitter et Instagram des photos de leurs seins après leur mastectomie. Dessus, elles affichent fièrement leur poitrine tatouée, des clichés que l'on peut retrouver avec le hashtag #InkedForACause ("tatouée pour une raison") sur les réseaux sociaux. Pour ces femmes, qui doivent passer par cette épreuve pour guérir, le tatouage est un moyen de reprendre le contrôle de leur corps mais surtout de garder leur part de féminité qui s'est envolée suite à l'opération.

 

Consciente de l'importance de cette reconstruction, une Bordelaise a donc décidé de créer une association, baptisée "Sœurs d'encre", qui accompagne les survivantes dans cette démarche. "Après leur opération, beaucoup de ces femmes continuent de souffrir", explique Nathalie Kaïd. "Certaines ne veulent même plus se regarder dans un miroir, c’est difficile pour elles, et difficile dans leur couple", a-t-elle expliqué à 20 Minutes. Et d'ajouter: "Le tatouage peut s’avérer salvateur, certaines m’ont dit qu’il les avait amenées au bout de leur guérison".

Selon les chiffres rapportés par l'association "Le cancer du sein, parlons-en!", une femme sur huit  risque de développer cette maladie au cours de sa vie. Premier cancer féminin, il tue chaque année plus de 11.500 femmes en France. C'est pourquoi, l'association rappelle que la prévention et le dépistage restent les meilleurs moyens de lutter contre la maladie. Ainsi, il est recommandé tous les deux ans à partir de 50 ans.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Premier cancer féminin, le cancer du sein tue chaque année plus de 11.500 femmes en France

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-