Olivier Véran : « Le confinement n’est pas terminé, ce n’est pas d’actualité »

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 19 novembre 2020 - 20:14
Image
LOIC VENANCE / AFP
Crédits
LOIC VENANCE / AFP
Un Ehpad sur cinq est aujourd'hui touché par un ou plusieurs cas de Covid-19
LOIC VENANCE / AFP
Le point hebdomadaire du ministre de la Santé n’a apporté aucune surprise, si ce n’est, peut-être, un discours un peu plus empathique.
 
Pour la première fois en effet, Olivier Véran a commencé son intervention hebdomadaire (quand la place n’est pas occupée par Jean Castex) en parlant du moral et l’état d’anxiété des Français. 
 
« L’impact psychologique est réel (…) La santé mentale des Français s’est significativement dégradée (…) Derrière le monde des chiffres, il y a le monde de la vie »
 
Reprenant les données de Santé Publique France et assurant que « le gouvernement n’a jamais négligé cette dimension de la crise sanitaire », le ministre de la Santé et des solidarités a rappelé le numéro vert ouvert à tous : 0800 130 000. Il reçoit actuellement 20 000 appels chaque jour. 
 
Charge ensuite à Jérôme Salomon de faire le point sur l’épidémie. Le directeur général de la santé a donné des résultats encourageants, notamment un taux de reproduction du virus désormais inférieur à 1, variant entre 0,65 et 0,89. 
 
Jérôme Salomon et Olivier Véran ont néanmoins martelé le même message :
 
« Le virus circule moins vite mais la charge sanitaire reste très élevée. Elle va se réduire progressivement, cela prendra du temps »
 
Et pour conclure :
 
« Il ne faut certainement pas relâcher nos efforts maintenant »
 
La situation dans les Ehpad
 
Ce n’est pas si courant, non plus, lors de ces « points de situation de deuxième vague », une large partie de la conférence de presse a été consacrée aux Ehpad. Autre première, c’est la ministre déléguée à l’Autonomie qui a pris la parole.
 
Soucieuse de dresser un tableau clair, Brigitte Bourguignon a précisé qu’un Ehpad (ou autre établissement médico-social) sur cinq est aujourd’hui touché par le Covid, contre un sur deux au printemps. Sont particulièrement concernées les régions Nouvelle Aquitaine, PACA, Occitanie et Hauts-de-France. Celles d’Auvergne-Rhône-Alpes et de Bourgogne-Franche-Comté, où la situation en population générale est signalée comme la plus grave, n’ont pas été citées.
 
Il n’est pas question de revenir sur les autorisations de visite des proches, mais la ministre a donné de nouvelles recommandations pour les personnels comme pour les visiteurs. Et il s’agit sans surprise des tests. Pour les professionnels, des dépistages se dérouleront désormais de manière hebdomadaire. 
 

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.