Paris face au phénomène du Chemsex

Paris face au phénomène du Chemsex

Publié le 29/11/2021 à 16:35
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le phénomène du Chemsex, un mélange entre consommation de drogues et de sexe, est de plus en plus prégnant à Paris, et se démocratise. Une étude présentée à la mairie de Paris mercredi dernier, souligne ce phénomène aggravé en raison des confinements successifs. Les services de santé et d'addictologie alertent sur les dangers de cette pratique.

Le Chemsex associe deux sujets tabous chez les Français : les drogues et le sexe. Cette pratique consiste à consommer des drogues lors d’un rapport sexuel afin de prolonger celui-ci et accroitre son plaisir. L’étude Sea, Sex et Chemicals démontre que ce phénomène est en plein essor, notamment à Paris. « Paris est la ville historique du Chemsex en France, et cette pratique connaît un essor très net depuis le début des années 2010 », explique Dorian Cessa, médecin et coordinateur de l'étude. Les produits utilisés se trouvent « en deux clics sur Internet pour des prix ridicules », souligne Jean-Luc Romero-Michel, adjoint à la mairie de Paris, auprès d’Anne Hidalgo.

Ce phénomène s’est intensifié au moment des confinements liés à la crise sanitaire : en effet, les habitudes ont été bouleversées. Dorian Cessa explique que « cette pratique est restée très circonscrite aux hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes ». Cependant, les 2 800 participants à l’étude Sea, Sex et Chemicals ne correspondent plus à ce profil. Les femmes représenteraient 16,5 % des pratiquants du Chemsex dans l’échantillon de l’étude. Ces chiffres montrent l'étendue de cette pratique. 

Les dangers de cette pratique sont nombreux : développement des addictions au sexe et aux drogues, baisse de vigilance quant aux maladies et infections sexuellement transmissibles, comas et décès… « L’enjeu est important, il faut se mobiliser, et Paris va prendre toute sa responsabilité », explique Jean-Luc Roméro-Michel. Un plan d’information va être mis en place à Paris pour coordonner les actions des autorités de santé, la police et les associations mobilisées sur ce sujet. « Il faut absolument éviter la stigmatisation et la moralisation, ce sont les pires ennemis de la prévention », conclut Jean-Luc Roméro-Michel.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sea, Sex et Chemicals

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-