Paroles de soignants : "Je me sens prise au piège, comme un animal"

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 16 novembre 2021 - 16:30
Image
Quelque 300 personnes ont manifesté devant le CHU de Nantes pour témoigner de leur soutien aux soignants et dénoncer la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement
Crédits
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP/Archives
"Je n’ai pas envie de lâcher, mais j’ai trois enfants, des crédits. Donc au final, je n’arrive pas à envisager autre chose que la vaccination obligatoire."
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP/Archives

Le mois dernier, nous vous parlions d’une médecin qui avait choisi de donner la parole aux infirmiers et aides-soignants suspendus du fait de leur refus de se soumettre à l’obligation vaccinale.

Une seconde flopée de témoignages vient d’être diffusée sur la chaîne Youtube ZHfilm. Face caméra, le visage hors champ, Franck, Vanessa, Coraline Et M.J font part de leur détresse face aux décisions iniques du gouvernement. "Dans le monde d’aujourd’hui, on a des crédits immobiliers, on a des factures. Je trouve ça inhumain de nous obliger à nous injecter quelque chose dans le corps. C’est ça ou on n’a plus de salaire, ni aide de l’État. […] Je me sens prise au piège, comme un animal", s’apitoie Coraline, infirmière en psychiatrie.

Face à cette situation, il y a ceux qui refusent de céder, quitte à envisager une reconversion, et ceux, comme M.J, qui songent sérieusement à courber l’échine. "Je n’ai pas envie de lâcher, mais j’ai trois enfants, des crédits. Donc au final, je n’arrive pas à envisager autre chose que la vaccination obligatoire, même si c’est contre mon gré."

Également infirmier psychiatrique, M.J livre par ailleurs un témoignage édifiant sur la façon dont étaient pris en charge les patients au début de la crise Covid. "Tous les patients qui rentraient dans notre unité étaient fermés à clé, dans leur chambre pendant 14 jours. Il y avait une surveillance des symptômes pour voir s’ils n’avaient pas le Covid, mais tout l’aspect psychiatrique était laissé de côté. […] C’est-à-dire que quelqu’un qui entendait des voix, il était 14 jours tout seul dans une chambre."

Le récit le plus émouvant est celui de Vanessa, infirmière libérale, que la situation actuelle a plongée dans un profond désarroi. "Je n’ai plus ma joie de vivre. Je pleure tout le temps. La vie s’écroule", lâche-t-elle en larmes.

À LIRE AUSSI

Image
Sonia, aide-soignante
Sonia, aide-soignante : "depuis mars 2020, on n'a affaire qu’à la répression"
"Je voudrais dire à monsieur Véran : il vaut mieux se taire que de dire des bêtises" : Sonia est aide-soignante et porte-parole des "Blouses blanches", un collectif in...
24 octobre 2021 - 21:32
Vidéos
Image
Debriefing Me Ludot
Soignante réintégrée : "il faut attaquer cette loi, article par article" Me Ludot
Victoire judiciaire pour Maître Emmanuel Ludot, avocat au barreau de Reims, obtenue récemment : sa cliente, une secrétaire médicale, non-vaccinée et ne souhaitant pas ...
21 octobre 2021 - 19:43
Vidéos
Image
Dr Alexandre Leroy
Médecin suspendu : "j’ai un problème avec la façon dont l’autorité agit" Dr Alexandre Leroy
Suspendu depuis le 15 septembre dernier, interdit d’exercer pour avoir refusé de se faire vacciner : le docteur Alexandre Leroy, médecin généraliste en clinique SSR (s...
08 octobre 2021 - 20:00
Vidéos
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don