Perturbateurs endocriniens: les scientifiques montent au créneau contre les lobbies

Perturbateurs endocriniens: les scientifiques montent au créneau contre les lobbies

Publié le 30/11/2016 à 11:04 - Mise à jour à 11:50
©A.G.Photographe/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dans les colonnes du "Monde", une centaine de scientifiques sont montés mardi au créneau, dénonçant dans une tribune les pressions de l’industrie pour maintenir le flou autour des perturbateurs endocriniens. Ils appellent en parallèle à limiter l'exposition de la population à ces substances nocives en réglementant strictement leur utilisation.

Les perturbateurs endocriniens (pesticides, phtalates, bisphénol A, parabènes, etc.) sont partout: dans l'alimentation, les textiles ou encore les cosmétiques. Face à l'importance des dangers qu'ils représentent pour la santé et l'environnement, une centaine de scientifiques ont signé une tribune publiée mardi 29 dans les colonnes du Monde dans laquelle ils dénoncent les pressions de l’industrie pour maintenir le flou autour de ces substances.

Selon eux, les lobbies ne cessent de balayer les preuves scientifiques pour empêcher l'Europe de lutter contre les perturbateurs endocriniens. "Des individus dans le déni de la science ou financés par des intérêts industriels déforment délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse. Cette manufacture du doute a retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la santé des populations et l’environnement", ont-ils écrit.

Et d'ajouter:  "jamais l'humanité n'a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal: cancers du sein, du testicule, de l'ovaire ou de la prostate, troubles du développement du cerveau, diabète, obésité, non-descente des testicules à la naissance, malformations du pénis et détérioration de la qualité spermatique". Par conséquent, face à ce constat des plus alarmants, les scientifiques appellent à limiter l'exposition de la population à ces substances nocives en réglementant strictement leur utilisation.

Chose dite, chose faite car cette tribune intervient alors que la Commission européenne s’apprête à mettre en place "la première réglementation au monde sur le sujet". Seulement voilà: l'organisme aurait basé son projet d'encadrement sur la conclusion d'un avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de 2013: "les perturbateurs endocriniens et leurs effets nocifs devraient être traités comme tout autre produit chimique préoccupant pour la santé humaine ou l'environnement".

Mais pour les scientifiques, cette phrase n'est pas à la hauteur des espérances souhaitées car si la Commission venait à définir les perturbateurs endocriniens comme "des produits chimiques comme les autres", elle ne favoriserait pas leur interdiction. Ils seraient donc traités au cas par cas si des problèmes se présentent après leur mise sur le marché. En parallèle, Le Monde a révélé que "cette phrase clé sur laquelle repose l’édifice réglementaire proposé par la Commission a été rédigée avant même que l’expertise scientifique ait véritablement commencé".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Commission européenne doit livrer prochainement son projet de réglementation sur les perturbateurs endocriniens.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-