PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 28 juillet 2021 - 13:23
Image
Pfizer contrats
Crédits
Pixabay / FS
L’État fera tout pour minimiser, cacher, nier tout effet secondaire pour éviter les poursuites et devoir payer pour Pfizer.
Pixabay / FS

L’association américaine America’s Frontline Doctors (AFLDS) qui comprend 700 000 médecins de première ligne porte plainte contre le ministère de la Santé américain (The Department of Heath and Human Services ou DHHS) pour un ensemble de décisions jugées illégales par les plaignants. La décision la plus grave reste l’autorisation en urgence de vaccins sans que les vérifications suffisantes aient été menées et puissent conclure à la sécurité que toute thérapie vaccinale exige normalement avant la vaccination en population générale.

Les décisions qui ont présidé à l’autorisation des vaccins

La contestation du caractère d’urgence

L’association conteste en premier lieu le caractère d’urgence qui est le fondement juridique nécessaire à la délivrance des autorisations européennes de mise sur le marché des vaccins, qui ont permis l'utilisation massive des vaccins par le public américain, avant même l'achèvement du régime standard d'essais cliniques et l'approbation de la FDA.

Or le caractère d’urgence était-il légal ? On peut en douter lorsque le taux de survie est de 99,8% au niveau mondial et atteint même les 99,97% pour les personnes de moins de 70 ans.

Emergency Use Authorization (“EUA”) issued December 11, 2020. https://www.fda.gov/emergency preparedness-and-response/coronavirus-disease-2019-covid-19/pfizer-biontech-covid-19-vaccine.

 EUA issued December 18, 2020. See https://www.fda.gov/emergency-preparedness-and-response/coronavirus disease-2019-covid-19/moderna-covid-19-vaccine. 

EUA issued February 27, 2021. See https://www.fda.gov/emergency-preparedness-and-response/coronavirus disease-2019-covid-19/janssen-covid-19-vaccine. 

For the sake of clarity of reference, Plaintiffs are using the names given to the Pfizer and Moderna EUA medical products by their manufacturers and the Defendants. However, Plaintiffs reject the highly misleading use of the term “vaccine” to describe the Pfizer and Moderna EUA medical products, since they are not vaccines within the settled meaning of the term and instead are more precisely described as a form of genetic manipulation. 

L’association dénonce en premier lieu une politique du chiffre artificielle après avoir constaté que ceux-ci avaient été délibérément gonflés notamment après le changement des règles applicables aux personnes chargées de produire des certificats de décès et d’en déterminer les causes.

En effet, depuis le 24 mars 2020, une nouvelle règle stipule que « le COVID-19 doit être déclaré sur le certificat de décès pour tous les défunts où la maladie a causé ou est supposée avoir causé ou contribué à la mort ». Désormais, il n’y a plus de différence entre une personne qui décède du covid et une personne qui meurt avec le covid et dont on ne tient pas compte des comorbidités supplémentaires. Pourtant les statistiques du DHHS montrent que 95% des décès classés comme "décès COVID-19" impliquent en moyenne quatre comorbidités supplémentaires.

La validité des tests PCR remise en question

Ces médecins contestent également la validité des tests PCR et affirment que les « cas covid » sont bien inférieurs au nombre déclaré. Ils dénoncent principalement leur utilisation comme outil de diagnostic, leur autorisation par la FDA tandis que les fabricants de tests PCR utilisent des avertissements comme celui-ci dans leurs manuels de produits : "la FDA n'a pas déterminé que le test est sûr ou efficace pour la détection du SRAS-Co-V-2". Les notices des fabricants fournies avec les produits de test PCR comportent des avertissements indiquant que les tests PCR ne doivent pas être utilisés pour diagnostiquer des maladies comme le COVID-19. Ceci est conforme à l'avertissement émis par l'inventeur du test PCR, lauréat du prix Nobel, selon lequel ces tests ne sont pas appropriés pour le diagnostic des maladies.

La disparité de la manière dont ils sont pratiqués est également choquante puisque la valeur seuil du cycle CT varie de 30 à 45 cycles. La valeur seuil du cycle ("valeur CT") est essentiellement le nombre de fois qu'un échantillon (généralement issu d'un écouvillon nasal) est agrandi ou amplifié avant qu'un fragment d'ARN viral ne soit détecté. La valeur CT est exponentielle, et donc un seuil de 40 cycles signifie que l'échantillon est agrandi environ un trillion de fois. Plus la valeur CT est élevée, moins il est probable que le fragment d'ARN viral détecté soit intact, vivant et infectieux. D’où le grand nombre de faux positifs. L’ensemble des scientifiques y compris le docteur Antony Faucy s'accordent à dire que tout test PCR réalisé avec une valeur CT de 35 cycles ou plus est inutile.

https://www.oralhealthgroup.com/features/the-problems-with-the-covid-19-test-a-necessary-understanding/

https://1027kearneymo.com/kpgz-news/2020/11/9/covid-tests-may-inflate-numbers-by-picking-up-dead-virus

 

La propagation par les asymptomatiques en question

La plainte des médecins concerne également le spectre de la "propagation asymptomatique " - la notion selon laquelle des personnes fondamentalement saines pourraient causer le COVID-19 chez d'autres - pour justifier la prétendue urgence. Pourtant il n'existe aucune preuve scientifique crédible qui démontre que le phénomène de "propagation asymptomatique" est réel.

Une étude récente portant sur près de 10 millions de résidents de Wuhan, en Chine, a révélé qu'il n'y avait aucun - zéro - test positif au COVID-19 parmi les 1 174 contacts proches des cas asymptomatiques, ce qui indique l'absence totale de transmission asymptomatique.

L’association dénonce l’urgence déclarée qui autorise l’Autorisation d’utilisation d’urgence (AUE) pour les vaccins. En effet, ces médecins pensent que les critères ne sont pas remplis. L'un de ces critères est l'existence effective (et non pas simplement perçue, projetée ou déclarée) "d'une maladie ou d'une affection grave ou potentiellement mortelle". Pour les raisons exposées ci-dessus dans la section précédente, le SRAS CoV-2 et COVID-19 ne constitue pas une "maladie ou affection grave ou potentiellement mortelle" au sens de la loi. Il convient également de noter que le but légal d'une déclaration d'urgence est de contourner les contrôles et les équilibres habituellement requis par la loi en raison d'une crise.

L’efficacité des vaccins remise en question

En règle générale, le secrétaire du DHHS peut délivrer et maintenir les AUE des vaccins "seulement si" ils sont "efficaces" pour diagnostiquer, traiter ou prévenir une maladie ou un état. 

Or, Les données des Centers for Disease Control and Prevention ("CDC") montrent que les vaccins ne sont pas efficaces pour traiter ou prévenir le SRAS-CoV-2 ou le COVID-19. Les décès dus au COVID-19 chez les personnes ayant reçu les doses recommandées de vaccins sont passés de 160 au 30 avril 2021 à 535 au 1er juin 2021. En outre, un total de 10 262 "percées infectieuses" dues au SRAS-CoV-2 chez les personnes ayant déjà reçu la totalité des doses recommandées de vaccins ont été signalés aux CDC par 46 États et territoires entre le 1er janvier 2021 et le 30 avril 2021.

https://www.statnews.com/2021/01/23/asymptomatic-infection-blunder-covid-19-spin-out-of-control/

Lors de l'étude de l'efficacité d'une intervention médicale dans le cadre d'essais contrôlés randomisés, la façon la plus utile de présenter les résultats est en termes de réduction du risque absolu. La réduction du risque compare l'impact du traitement en comparant les résultats du groupe traité et du groupe non traité. En d'autres termes, si 20 personnes non traitées sur 100 ont eu un résultat négatif, et que 10 personnes traitées sur 100 ont eu un résultat négatif, la réduction du risque serait de 10 % (20 - 10 = 10). Selon une étude publiée par le National Institute of Health (NIH), la réduction du risque du vaccin Pfizer n'est que de 0,7 %, et celui du vaccin Moderna de 1,1 %.

À partir du là, on peut calculer le nombre de personnes à vacciner, c'est-à-dire le nombre de personnes à qui il faut injecter le vaccin avant qu'une seule personne en bénéficie. Le nombre de personnes à vacciner pour le vaccin Pfizer est de 119, ce qui signifie qu'il faut injecter 119 personnes pour observer la réduction d'un cas de COVID-19 chez une personne.

Plusieurs facteurs réduisent le bénéfice supposé des vaccins COVID-19. Tout d'abord, il est important de noter que les vaccins n'ont montré qu'une capacité à réduire les symptômes, et non à bloquer la transmission. Depuis plus d'un an maintenant, les autorités de santé publique au niveau des Etats ont dit au public américain que le SRAS-CoV-2 peut être transmis par des personnes qui ne présentent aucun des symptômes du COVID-19, et que les Américains doivent donc se masquer et se soumettre à d'innombrables mesures de confinement et de restriction, même s'ils ne sont pas manifestement malades. Si c'est le cas, et que ces fonctionnaires ne mentaient pas au public, et que la propagation asymptomatique est réelle, alors quel est l'avantage d'un vaccin qui ne fait que réduire les symptômes ?

Il apparaît ensuite que ses défenseurs ont soit menti sur la transmission asymptomatique, soit se sont tout simplement trompés sur le plan scientifique. La théorie de la transmission asymptomatique - utilisée pour justifier le confinement et le masquage des personnes en bonne santé - était basée uniquement sur une modélisation mathématique. Cette théorie n'a fait l'objet d'aucune étude réelle et d'aucun examen par les pairs. Les auteurs ont fait l'hypothèse infondée que les personnes asymptomatiques étaient "75 % aussi infectieuses" que les personnes symptomatiques. Mais dans le monde réel, les faux positifs en bonne santé se sont avérés être simplement en bonne santé, et il n'a jamais été démontré qu'ils étaient porteurs "asymptomatiques" de quoi que ce soit. Des études ont montré qu'un test PCR positif n'induit pas de maladie clinique COVID-19 chez ces personnes positives, pas même chez un membre de la famille avec lequel ils partagent un domicile et une proximité étendue. Une énorme étude portant sur près de dix millions de personnes à Wuhan, en Chine, a montré que les individus asymptomatiques testés positifs pour le COVID-19 n'ont jamais infecté d'autres personnes. Puisque les individus asymptomatiques ne propagent pas le COVID-19, ils n'ont pas besoin d'être vaccinés.

L’association dénonce également fermement tout le processus d’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins et apporte de nombreux éléments sur les risques potentiels de ces thérapies élaborées rapidement. Les médecins de cette associations rappellent que le secrétaire du DHHS peut délivrer et maintenir les AUE pour les vaccins "uniquement si" (c'est nous qui soulignons) les risques connus et potentiels de chaque vaccin sont compensés par ses avantages connus et potentiels. 

Rappelant que le processus typique de développement d'un vaccin dure entre 10 et 15 ans, il détaille les grandes étapes nécessaires à sa sécurité. Ce processus de vérification sur le long terme pour vérifier la sécurité a été abandonné pour les vaccins contre le Sars-cov 2. La première transmission interhumaine du virus SRAS-CoV-2 n'a pas été confirmée avant le 20 janvier 2020, et moins d'un an plus tard, les deux vaccins à ARNm ont obtenu l'agrément de l'UE et, pour la première fois dans l'histoire, cette nouvelle technologie à ARNm a été injectée à des millions d'êtres humains. Au 7 juin 2021, 138 millions d'Américains, soit 42 % de la population, ont été entièrement vaccinés.

Toutes les étapes des tests ont été comprimées dans le temps, abrégées en substance, et se chevauchent, ce qui augmente considérablement les risques des vaccins.

Parmi les erreurs de ceux qui ont conçu les vaccins, la première est de ne pas avoir vérifié de manière indépendante la séquence du génome que la Chine a publiée le 11 janvier 2020. Il semble que les vaccins n'aient été étudiés que pendant 56 jours sur des macaques et 28 jours sur des souris, puis que les études sur les animaux aient été interrompues. Par ailleurs, les entreprises pharmaceutiques auraient écarté leurs groupes de contrôle recevant des placebos, gâchant ainsi l'occasion d'en savoir plus sur le taux de complications à long terme, la durée de la protection contre la maladie et la capacité des vaccins à inhiber la transmission. Un certain nombre d'études ont été jugées inutiles et n'ont pas été réalisées avant l'administration à des sujets humains, notamment la toxicité à dose unique, la toxicocinétique, la génotoxicité, la cancérogénicité, le développement prénatal et postnatal, la descendance, la tolérance locale, la toxicité tératogène et postnatale et la fertilité. Le public américain n'a pas été correctement informé de ces écarts spectaculaires par rapport au processus de test standard, et des risques qu'ils génèrent.

Les chercheurs médico-légaux de l'organisation plaignante America's Frontline Doctors ont analysé les données accumulées sur les risques liés au vaccin COVID-19.

Lors de la maladie, la protéine de pointe Spike migre dans l’organisme. Cette protéine hautement pathogène est une toxine qui cause des dommages. Biologiquement active même sans le virus, elle est fusogène et se lie plus étroitement à nos cellules causant ainsi des dommages. Lorsque la protéine de pointe purifiée est injectée dans le sang d'animaux de recherche, elle provoque de profonds dommages à leur système cardiovasculaire et traverse la barrière hémato-encéphalique pour causer des dommages neurologiques. Si les vaccins étaient des vaccins traditionnels de bonne foi et ne quittaient pas le site immédiat de la vaccination, typiquement le muscle de l'épaule, au-delà du ganglion lymphatique de drainage local, les dommages que la protéine spike causerait, pourraient être limités. Cependant, les vaccins ont été autorisés sans qu'aucune étude ne démontre où les protéines spike se déplacent dans le corps après la vaccination, combien de temps elles restent actives et quels sont leurs effets.

Un groupe de scientifiques internationaux a récemment obtenu des autorités de réglementation japonaises l'"étude de biodistribution" des vaccins à ARNm. L'étude révèle que, contrairement aux vaccins traditionnels, cette protéine de pointe pénètre dans la circulation sanguine et circule dans tout l'organisme pendant plusieurs jours après la vaccination. Elle s'accumule dans un certain nombre de tissus, tels que la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales et les ovaires et fusionne avec les récepteurs de nos plaquettes sanguines, ainsi qu'avec les cellules qui tapissent nos vaisseaux sanguins. Cette protéine Spike peut provoquer l'agglutination des plaquettes, ce qui entraîne la formation de caillots, des saignements et une inflammation cardiaque. Elle peut également traverser la barrière hémato-encéphalique et provoquer des lésions cérébrales.

On sait également qu’il peut être transmis aux nourrissons par le lait maternel depuis que la base de données du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) a fait des rapports sur des nourrissons allaités par des mères vaccinées et présentant des troubles hémorragiques du tractus gastro-intestinal.

 https://www.fda.gov/media/144413/download. 

 https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/vaccines/safety/adverse-events.html. 

 

Les risques de décès et d’effets secondaires graves liés à la vaccination avérés par le VAERS

Le risque de décès dû au vaccin est avéré par cette base de données du VAERS gérée par le gouvernement. Or cet organisme censé fonctionner comme un système d'"alerte précoce" pour les risques sanitaires potentiels causés par les vaccins a diffusé de nombreuses alertes.

Sur les 262 000 rapports totaux accumulés dans le VAERS, seuls 1772 ne sont pas liés au COVID-19. La base de données indique que le total des décès dus aux vaccins signalés au cours du premier trimestre de 2021 représente une augmentation de 12 000 % à 25 000 % des décès dus aux vaccins, d'une année sur l'autre. En dix ans (2009-2019), il y a eu 1529 décès dus à des vaccins, alors qu'au premier trimestre 2021, il y en a eu plus de 4 000. En outre, 99 % de tous les décès dus à des vaccins signalés en 2021 sont causés par les vaccins COVID-19, 1 % seulement étant causés par les nombreux autres vaccins signalés dans le système. Si on estime que le VAERS ne saisit que 1 % à 10 %, au mieux, de tous les événements indésirables liés aux vaccins, on comprend qu’on s’achemine vers une catastrophe.

 

La catégorie des moins de 18 ans

Aux Etats-Unis, les moins de 18 ans ne représentaient que 1,7 % de tous les cas de COVID-19. Pratiquement aucun cas grave de COVID-19 n'a été observé chez les personnes âgées de 10 à 18 ans. Ce groupe ne représentait que 1 % des cas signalés, presque tous très légers. Une étude récemment publiée dans le British Medical Journal conclut : "Contrairement à d'autres virus respiratoires, les enfants présentent des symptômes moins graves lorsqu'ils sont infectés par le nouveau coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). L'hospitalisation due au COVID-19 est incroyablement rare chez les jeunes, et surestimée. L'Académie américaine de pédiatrie a rapporté  ces études soulignent l'importance de distinguer clairement les enfants hospitalisés pour le SRAS-Co-V-2 trouvé lors du test universel de ceux hospitalisés pour la maladie COVID-19. Elles démontrent toutes deux que les taux d'hospitalisation rapportés surestiment largement la charge réelle de la maladie COVID-19 chez les enfants. 

 Coronavirus Disease 2019 in Children - United States, February 12-April 2, 2020. MMWR. Morbidity and  Mortality Weekly Report 69:422-426.

Tsabouri, S. et al. (2021), Risk Factors for Severity in Children with Coronavirus Disease 2019: A Comprehensive  Literature Review. Pediatric Clinics of North America 68:321-338. 

Zimmermann P, Curtis N Why is COVID-19 less severe in children? A review of the proposed mechanisms  underlying the age-related difference in severity of SARS-CoV-2 infections Archives of Disease in  Childhood 2021;106:429-439. 

Ioannidis, J.P.A. (2020) Infection fatality rate of COVID-19 inferred from seroprevalence data. Bull. World  Health Organ. -:BLT.20.265892. 

 

Le professeur Hervé Seligmann, expert en maladies infectieuses et chercheur biomédical avec plus de 100 publications internationales évaluées par des pairs, de l'Université d'Aix-Marseille, a examiné minutieusement les statistiques et les chiffres officiels de la maladie COVID-19 d'Israël, qui a vacciné 63% de sa population, et entièrement vacciné 57% de sa population. Le professeur Seligmann ne voit aucun avantage à vacciner les moins de 18 ans, et un risque important de préjudice :

Plusieurs théories expliquent pourquoi le risque de décès est si faible chez les jeunes. Cela s’explique notamment que la densité des récepteurs ACE2 que le virus utilise pour pénétrer dans les cellules est plus faible dans les tissus des animaux immatures, ce qui devrait également être le cas chez l'homme. Cependant, les vaccins incitent les cellules du receveur à fabriquer des trillions de protéines de pointe.  Comme les réponses immunitaires des jeunes et des personnes en bonne santé sont plus vigoureuses que celles des personnes âgées, les vaccins peuvent paradoxalement induire, chez les personnes qui ont le moins besoin d'aide, de fortes réponses immunitaires, y compris celles qui peuvent endommager leurs propres cellules et tissus, ainsi qu'en stimulant la coagulation du sang. Les experts prévoient que la vaccination augmentera considérablement les risques très faibles liés au COVID-19 que connaît la population plus jeune ... les risques de mortalité associés à la vaccination devraient être au moins 20 fois plus élevés en dessous de 20 ans par rapport aux risques très faibles associés au COVID-19 pour ce groupe d'âge.

Seligmann, H., (2021), Expert Evaluation on Adverse Effects of the Pfizer COVID-19 Vaccination.  https://www.researchgate.net/publication/351441506_Expert_evaluation_on_adverse_effects_of_the_Pfizer COVID-19_vaccination

 

Les données du CDC indiquent que les enfants de moins de 18 ans ont un taux de guérison de 99,998% du COVID-19 sans traitement. Ces chiffres contrastent avec les plus de 45 000 décès (voir ci-dessous) et les centaines de milliers d'effets indésirables signalés après l'injection des vaccins. Le risque de préjudice pour les enfants peut atteindre un rapport de 50 à 1. Ainsi, les enfants de moins de 18 ans ne courent aucun risque statistiquement significatif de préjudice lié au SRAS-CoV-2 et au COVID-19. L'administration de vaccins à ce groupe d'âge les expose sciemment.

L'expert des plaignants, le Dr Angelina Farella, est une pédiatre agréée, certifiée par le conseil d'administration, qui pratique activement depuis plus de 25 ans et qui a vacciné plus de 10 000 patients. Le Dr Farella déclare, dans son opinion médicale professionnelle : "Sur environ 72 millions d'enfants en Amérique, 104 enfants âgés de 0 à 17 ans sont morts du Covid-19 et 287 du Covid + grippe. Cela équivaut à un risque zéro. Il n'y a aucun intérêt public à soumettre les enfants à des programmes de vaccination expérimentaux, pour les protéger d'une maladie qui ne les menace pas." en Concernant l'absence de tests destinés à garantir la sécurité de cette sous-population elle déclare :

Il faut des années pour tester les vaccins en toute sécurité. Ce n'est pas seulement le nombre de personnes testées mais la durée qui est importante lors de la création de nouveaux vaccins. L'autorisation d'utilisation d'urgence a été accordée prématurément pour les adolescents, avant que TOUT essai ne soit terminé. Moderna doit terminer les essais le 31 octobre 2022, et Pfizer le 27 avril 2023. Aucun patient âgé de moins de 18 ans n'a participé aux essais. La FDA et ces entreprises pharmaceutiques autorisent actuellement des enfants de 12 ans à recevoir cette injection, alors qu'ils n'ont jamais été étudiés dans les essais. Jamais auparavant dans l'histoire nous n'avons donné des médicaments qui n'étaient pas approuvés par la FDA à des personnes qui n'avaient pas été initialement étudiées dans l'essai. 

Les plaignants exigent exige que le ministre de la santé fonde ses décisions sur "les données d'essais cliniques adéquats et bien contrôlés". Il est clair que le ministre a outrepassé son autorité statutaire en ce qui concerne la sous-population des moins de 18 ans. 

Pendant ce temps, les gouvernements locaux s'empressent d'adopter des lois éliminant l'obligation de consentement parental, et même de connaissance parentale, pour les traitements médicaux administrés aux enfants dès l'âge de 12 ans. Cette mesure a pour but d'ouvrir la voie à la vaccination des enfants à l'école, à l'insu des parents et sans leur consentement.

Les enfants de la tranche d'âge 12-18 ans ne sont pas capables, sur le plan du développement, de donner un consentement volontaire et éclairé aux vaccins. Leur cerveau change et se développe rapidement, et leurs actions sont davantage guidées par l’émotion et l’impulsion que par le cortex frontal réfléchi et logique. Les changements hormonaux et corporels ajoutent à leur instabilité émotionnelle et à leur jugement erratique. Les enfants ont également une vulnérabilité bien connue et scientifiquement étudiée à la pression des pairs et des adultes. Ce groupe d'âge est particulièrement sensible à la pression exercée pour faire ce que les autres considèrent comme la bonne chose à faire - dans ce cas, se faire injecter le vaccin "pour le bien des autres et de la société".

L'injection des vaccins à cette sous-population de moins de 18 ans les menace d'un préjudice immédiat, potentiellement mortel. Les risques documentés de l'injection des vaccins à cette sous-population dépassent de loin les bénéfices supposés.

 

Les problèmes liés à la reproduction

Les vaccins à ARNm incitent nos cellules à fabriquer des "protéines de pointe" (sans virus). Ces protéines appartiennent à la même famille que les protéines reproductives syncytine-1 et syncytine-2 naturellement présentes dans le sperme, les ovules et le placenta. Les anticorps dirigés contre la protéine spike pourraient interagir avec les protéines syncytines naturelles, ce qui aurait un effet négatif sur plusieurs étapes de la reproduction humaine. Les fabricants n'ont pas fourni de données à ce sujet alors qu'ils connaissaient la similitude de la protéine spike avec les protéines syncytines depuis plus d'un an. Le VAERS fait état d'un nombre très élevé de pertes de grossesse. Une étude récemment publiée dans le New England Journal of Medicine, "Preliminary Findings of mRNA COVID-19 Vaccine Safety in Pregnant Persons", expose que les femmes enceintes recevant des vaccins au cours de leur premier ou deuxième trimestre souffrent d'un taux d'avortement spontané de 82%, tuant 4 bébés à naître sur 5. Des rapports mondiaux font état de saignements vaginaux irréguliers sans explication claire. Les scientifiques s'inquiètent du fait que les vaccins présentent un risque substantiel pour le système reproducteur de la femme. Ce risque accru de stérilité découle d'une concentration plus élevée des protéines de pointe dans les différentes parties du corps des parties de l'appareil reproducteur après la vaccination.

Un document de Pfizer ayant fait l'objet d'une fuite révèle que les nanoparticules des vaccins Pfizer s'accumulent dans les ovaires à un taux extraordinairement élevé, dans des concentrations supérieures à celles des autres tissus. Des milliards de protéines de pointe agressives s'accumulent dans les tissus ovariens.

Il existe également des preuves que les vaccins pourraient provoquer un rejet auto-immun permanent du placenta. L'inflammation du placenta entraînant la mortinatalité au milieu de la grossesse (deuxième trimestre) est observée avec le COVID-19 et d'autres coronavirus similaires. Il existe le rapport d'une femme dont la grossesse se développait normalement et qui a perdu son bébé, par ailleurs en bonne santé, à l'âge de cinq mois lors d'une infection aiguë par le COVID-19. Le côté du placenta de la mère était très enflammé. Cette "infection du côté maternel du placenta induisant une insuffisance placentaire aiguë ou chronique entraînant une fausse couche ou une restriction de la croissance fœtale a été observée chez 40 % des femmes enceintes avec des coronavirus similaires." Les vaccins à ARNm peuvent provoquer une réaction similaire à celle du virus SRAS-CoV 2. Il existe un composant dans le vaccin qui pourrait provoquer le même rejet auto-immun du placenta, mais de manière indéfinie. L'administration du COVID-19 a été associée à un risque élevé de fausse couche au milieu de la grossesse, car le placenta n'est pas protégé. Les vaccins à ARNm pourraient avoir exactement le même effet, mais pas seulement pendant les quelques semaines de la maladie, mais pour toujours. Des grossesses répétées continueraient à échouer au milieu de la grossesse.

Le 1er décembre 2020, un ancien vice-président de Pfizer et chercheur dans le domaine des allergies et des maladies respiratoires, le Dr Michael Yeadon, a déposé une demande auprès de l'Agence européenne des médicaments, chargée d'approuver les médicaments dans l'Union européenne, pour demander la suspension immédiate de tous les vaccins contre le SRAS-CoV-2, en invoquant notamment le risque pour les grossesses. En date du 26 avril 2021, la base de données VAERS contient plus de 3 000 rapports de grossesses interrompues associées aux vaccins.

Cet aspect dommageable du vaccin n’est pas unique. Le vaccin cause également des dommages cardiovasculaires, neurologiques et entrainerait une augmentation des maladies auto-immunes.

Les maladies cardio vasculaires

Des chercheurs du Salk Institute for Biological Studies, en collaboration avec l'université de San Diego, ont publié dans la revue Circulation Research que les protéines de pointe elles-mêmes endommagent les cellules vasculaires, provoquant des accidents vasculaires cérébraux et de nombreux autres problèmes vasculaires. Tous les vaccins provoquent des troubles de la coagulation et ceci à n’importe quel âge. Les protéines de pointe sont connues pour provoquer une coagulation que le corps ne peut pas réparer, comme la thrombose cérébrale et la thrombocytopénie. 

Aucun de ces risques n'a été étudié de manière adéquate dans le cadre d'essais, ni correctement divulgué aux professionnels de la santé ou aux sujets vaccinés.

Les maladies auto-immunes

Comme les protéines de pointes sont perçues comme étrangères par le système immunitaire humain, il s’ensuit une réponse immunitaire pour les combattre. Bien qu'il s'agisse du principe thérapeutique visé, il se trouve que toute cellule exprimant les protéines spike devient une cible pour la destruction par notre propre système immunitaire. Il s'agit d'une réaction auto-immune qui peut affecter pratiquement tous les organes du corps. Il est probable qu'une certaine proportion de la protéine spike fusionne de façon permanente avec des protéines humaines à longue durée de vie, ce qui prépare l'organisme à des maladies auto-immunes prolongées. Les maladies auto-immunes peuvent mettre des années à se manifester et de nombreux scientifiques s'alarment de la possibilité de donner aux jeunes un tel déclencheur de maladie auto-immune.

 

Les dommages neurologiques

Le cerveau est complètement unique dans sa structure et sa fonction, et il a donc besoin d'un environnement isolé du reste du fonctionnement de l'organisme. La barrière hémato-encéphalique existe pour que le cerveau puisse fonctionner sans être perturbé par le reste du corps. Il s'agit d'un système complexe et multicouche, faisant appel à plusieurs mécanismes qui maintiennent presque toutes les fonctions corporelles à l'écart du cerveau. Trois de ces systèmes sont les suivants : des jonctions très serrées entre les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins, des protéines très spécifiques qui passent entre elles et des enzymes uniques qui modifient les substances qui traversent les cellules. En travaillant ensemble, la barrière hémato-encéphalique empêche presque tout de pénétrer. La rompre est généralement incompatible avec la vie.

Malheureusement, les vaccins COVID-19 - contrairement à tout autre vaccin jamais déployé - sont capables de franchir cette barrière par différentes voies, y compris par la structure nerveuse des voies nasales et par les parois des vaisseaux sanguins. Les dommages qui en résultent commencent dans la paroi artérielle, s'étendent au tissu de soutien à l'extérieur des artères dans le cerveau, et de là aux cellules nerveuses du cerveau à l'intérieur. Les vaccins sont programmés pour produire la sous-unité S1 de la protéine spike dans chaque cellule de chaque personne vaccinée, mais c'est cette sous-unité qui provoque les lésions cérébrales et les symptômes neurologiques. Les personnes âgées courent un risque accru de subir ces lésions cérébrales.

Les patients atteints de COVID-19 présentent généralement des symptômes neurologiques, notamment des maux de tête et une perte de l'odorat et du goût, ainsi qu'un brouillard cérébral, une altération de la conscience et une attaque. Des chercheurs ont publié un article dans le Journal of Neurological Sciences établissant une corrélation entre la gravité de la détresse pulmonaire dans le cas du COVID-19 et la propagation du virus au tronc cérébral, ce qui suggère une atteinte cérébrale directe, et pas seulement un effet secondaire des cytokines. Le Dr William Banks, professeur de médecine interne à la faculté de médecine de l'université de Washington, a récemment démontré que la sous-unité S1 de la protéine spike - la partie du virus SRAS-CoV-2 qui produit la maladie COVID-19 et qui est contenue dans les vaccins - peut traverser la barrière hémato-encéphalique. Ceci est d'autant plus préoccupant, étant donné le nombre élevé de récepteurs ACE2 dans le cerveau (le récepteur ACE2 est la partie de la cellule qui permet à la protéine spike de se connecter aux tissus humains). Les souris auxquelles on a injecté la sous-unité S1 de la protéine spike ont développé des dommages directs au tissu périvasculaire. Chez l'homme, la protéine spike virale a été détectée dans les tissus cérébraux des patients COVID-19 et on sait que la protéine spike produit des dommages endothéliaux.

Or un nombre excessif d'hémorragies cérébrales est associé au COVID-19, et toutes les recherches conduisent à l’hypothèse que c'est la protéine spike qui en est responsable. Depuis, le début de la campagne de vaccination, la base de données VAERS du gouvernement fédéral montre une augmentation spectaculaire des rapports d'événements indésirables concernant des dommages neurologiques après l'injection du vaccin.

Bien que l'on ne connaisse pas l'impact total de ces vaccins qui traversent la barrière hémato-encéphalique, il est clair qu'ils exposent les personnes vaccinées à un risque considérablement accru d'hémorragie, de dommages neurologiques et de lésions cérébrales, comme le montre l'augmentation du nombre de cas de ce type signalés dans le système VAERS.
 

Les effets sur les jeunes

Les vaccins sont plus mortels ou plus dangereux pour les jeunes que le virus, sans compter les effets futurs inconnus sur la fertilité, la coagulation et les maladies auto-immunes. Selon les données publiées par les CDC, les moins de 18 ans n'ont statistiquement aucun risque de mourir du SRAS-CoV-2, mais on signale des cas d'inflammation cardiaque - myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et péricardite (inflammation de la paroi extérieure du cœur) - chez de jeunes hommes, et au moins une crise cardiaque mortelle documentée chez un garçon de 15 ans en bonne santé, au Colorado, deux jours après avoir reçu le vaccin Pfizer8. Le CDC a admis que " depuis avril 2021, une augmentation des cas de myocardite et de péricardite a été signalée aux États-Unis après la vaccination par les vaccins à ARNm COVID-19 (Pfizer-BioNTech et Moderna), en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes. "

Les vaccins incitent les cellules du receveur à fabriquer des trillions de protéines de pointe présentant la pathologie décrite ci-dessus. Comme les réponses immunitaires chez les jeunes et les personnes en bonne santé sont plus vigoureuses que chez les personnes âgées, paradoxalement, les vaccins peuvent ainsi induire, chez les personnes qui ont le moins besoin d'aide, une réponse immunitaire très forte, y compris celle qui peut endommager leurs propres cellules et tissus, notamment en stimulant la coagulation du sang.

 https://archive.is/mEBcV (last visited July 15, 2021).

 

Les maladies chroniques

Les enfants en bonne santé dont le droit de naissance est de vivre des décennies en bonne santé seront au contraire confrontés à une mort prématurée ou à des décennies de maladie chronique. Nous ne pouvons pas dire quel pourcentage sera affecté par le renforcement dépendant des anticorps, les troubles neurologiques, les maladies auto-immunes et les problèmes de reproduction, mais c'est une quasi-certitude que cela se produira.
 

Le risque du renforcement dépendant des anticorps

On parle de renforcement dépendant des anticorps ("ADE") lorsque les anticorps du SRAS-CoV-2, créés par un vaccin, au lieu de protéger la personne vaccinée, provoquent un cas plus grave ou mortel de la maladie COVID-19 lorsque la personne est ensuite exposée au SRAS-CoV-2 dans la nature. Le vaccin amplifie l'infection au lieu de prévenir les dommages. On ne peut l'observer qu'après des mois ou des années d'utilisation dans les populations du monde entier.

https://www.nature.com/articles/s41564-020-00789-5 (last visited July 15, 2021). 

Cette réaction paradoxale a été observée dans d'autres vaccins et essais sur des animaux. Un exemple bien documenté est celui du vaccin contre la dengue, qui a entraîné des décès évitables. La dengue est à l'origine de 100 à 400 millions d'infections, de 500 000 hospitalisations et d'un taux de mortalité de 2,5 % par an dans le monde. C'est une des principales causes de décès chez les enfants dans les pays d'Asie et d'Amérique latine. Malgré plus de 50 ans de recherche active, un vaccin contre la dengue n'a toujours pas été mis au point. Le fabricant de vaccins Sanofi a consacré 20 ans et près de 2 milliards de dollars au développement du vaccin contre la dengue et a publié ses résultats dans le New England Journal of Medicine, qui a rapidement été approuvé par l'Organisation mondiale de la santé. Des scientifiques vigilants ont clairement mis en garde contre le danger de l'autorisation d’utilisation d’urgence, que les Philippines ont ignoré lorsqu'elles ont administré le vaccin à des centaines de milliers d'enfants en 2016. Plus tard, lorsque ces enfants ont été exposés dans la nature, beaucoup sont tombés gravement malades et 600 enfants sont morts. L'ancien chef du département de la dengue de l'Institut de recherche en médecine tropicale (RITM) a été inculpé en 2019 par le ministère de la Justice des Philippines pour "imprudence téméraire ayant entraîné un homicide", car il a "facilité, avec une hâte excessive", l'approbation du Dengvaxia et son déploiement parmi les écoliers philippins

 https://trialsitenews.com/philippine-dengue-vaccine-criminal-indictments-includes-president-of-sanofi-pasteur their-fda (last visited July 15, 2021)

Le SARS-CoV-1 original a provoqué une épidémie en 2003. Ce virus est un coronavirus qui serait similaire à 78 % au virus actuel du SRAS-CoV-2 qui cause la maladie COVID-19. Les scientifiques ont tenté de créer un vaccin. Sur environ 35 candidats vaccins, les quatre meilleurs ont été testés sur des furets. Les vaccins ont semblé fonctionner chez les furets. Toutefois, lorsque ces furets vaccinés ont été exposés au SRAS-CoV-1 dans la nature, ils sont tombés très malades et sont morts en raison de ce que nous appellerions une tempête de cytokines soudaine et grave. Les revues réputées Science, Nature et Journal of Infectious Diseases ont toutes documenté ces risques liés au développement des vaccins expérimentaux COVID-19. La demande déposée par le Dr Yeadon auprès de l'Agence européenne des médicaments le 1er décembre 2020 mentionne également le risque. L'ADE est découvert lors d'études à long terme sur des animaux, auxquelles les vaccins n'ont pas été soumis.

 

Renforcement de la maladie par les vaccins chez les personnes précédemment infectées

Les scientifiques craignent que l'inoculation universelle ne crée des souches plus virulentes. Cela a été observé avec la maladie de Marek chez les poulets. Un grand nombre de poulets qui ne risquaient pas de mourir ont été vaccinés, et maintenant tous les poulets doivent être vaccinés ou ils mourront d'un virus qui n'était pas mortel avant la vaccination généralisée. La politique actuelle, qui consiste à poursuivre la vaccination universelle indépendamment du risque, peut exercer la même pression évolutive vers des souches plus virulentes.

L'approvisionnement en sang dans le monde entier. Ils accusent le gouvernement de s'écarter d'une politique de longue date visant à protéger le public. Dans le passé, le gouvernement a interrompu des essais de vaccins sur la base d'une infime partie - bien moins de 1 % - du nombre de décès inexpliqués déjà enregistrés. De nombreux scientifiques pensent que la protéine spike (produite par les vaccins) provoque la maladie même en l'absence du virus, ce qui les a incités à donner leur imprimatur à ces objections publiques et à risquer leur réputation et leur position.

 

À l'heure actuelle, les personnes vaccinées sont autorisées à donner leur sang chargé de protéines de pointe dans l'approvisionnement en sang, ce qui projette tous les risques évoqués ci-dessus sur la population générale des donneurs de sang non vaccinés.

Des scientifiques et professionnels de santé du monde entier tirent la sonnette d'alarme et demandent frénétiquement à la FDA d'arrêter les vaccins. Ils ont fait d'innombrables déclarations publiques. Cinquante-sept scientifiques et médecins de haut niveau d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud demandent l'arrêt immédiat de tous les programmes du vaccin COVID-19. D'autres groupes de médecins-scientifiques ont lancé des appels similaires, parmi lesquels : Médecins canadiens, Comité populaire israélien, Frontline COVID-19 Critical Care Alliance, World Doctors Alliance, Doctors 4 Covid Ethics, et Plaintiff America's Frontline Doctors. Il s'agit de professionnels de la santé sur le terrain qui constatent les résultats catastrophiques et mortels des vaccins précipités, et de professeurs de science et de médecine réputés.
 

La solution des traitements alternatifs

Le secrétaire du DHHS peut délivrer et maintenir l’AUE des vaccins "seulement" (c'est nous qui soulignons) s'il n'existe pas d'alternative adéquate, approuvée et disponible aux vaccins. Or, il existe de nombreux traitements alternatifs sûrs et efficaces pour le COVID-19. Ces alternatives sont soutenues par plus de 300 études, y compris des études contrôlées randomisées. Des dizaines de milliers de médecins ont attesté publiquement, et beaucoup ont témoigné sous serment, de la sécurité et de l'efficacité de ces alternatives. Dans le monde et aux Etats-Unis, des traitements tels que l'ivermectine, le budesonide, la fexaméthasone, le plasma convalescent et les anticorps monoclonaux, la vitamine D, le zinc, l'azithromycine, l'hydroxychloroquine, la colchicine et le remdesivir sont utilisés avec beaucoup d'efficacité, et ils sont bien plus sûrs que les vaccins covid.

https://c19early.com
https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.05.28.21258012v1

 

Des médecins du Smith Center for Infectious Diseases and Urban Health et du Saint Barnabas Medical Center ont publié une étude d'observation sur 255 patients COVID sous ventilation mécanique au début de la pandémie aux États-Unis, qui indique que "La modélisation causale établit que le traitement par HCQ [Hydroxychloroquine] et AZM [Azithromycine] ajusté au poids améliore la survie de plus de 100 %".

Des études observationnelles menées à Delhi et à Mexico montrent une réduction spectaculaire du nombre de cas et de décès liés au COVID-19 après la distribution massive d'ivermectine. Ces résultats rejoignent ceux d'une étude menée en Argentine, dans laquelle 800 professionnels de la santé ont reçu de l'ivermectine, tandis que 400 autres n'en ont pas reçu. Sur ces 800 personnes, aucune n'a contracté le COVID-19, alors que plus de la moitié du groupe témoin l'a contracté. Le Dr Pierre Kory, un pneumologue qui a traité plus de patients atteints du COVID-19 que la plupart des médecins, représentant un groupe de médecins parmi les plus publiés au monde, avec plus de 2 000 publications revues par les pairs, a témoigné devant le Sénat américain en décembre 2020.

Il a déclaré que, sur la base de neuf mois d'examen des données scientifiques de 30 études, l'ivermectine oblitère la transmission du virus SRAS-CoV 2 et constitue un puissant moyen prophylactique (si vous le prenez, vous ne contracterez pas le COVID-19). Quatre grands essais contrôlés randomisés totalisant plus de 1500 patients démontrent que l'ivermectine est sûre et efficace en prophylaxie. Dans le cadre d'un traitement ambulatoire précoce, trois essais contrôlés randomisés et de multiples études d'observation montrent que l'ivermectine réduit le besoin d'hospitalisation et le décès dans des proportions statistiquement significatives. Dans le cadre d'un traitement hospitalier, quatre essais contrôlés randomisés montrent que l'ivermectine prévient les décès dans des proportions importantes et statistiquement significatives. L'Ivermectine a reçu le prix Nobel de médecine en 2015 pour ses impacts sur la santé mondiale.

De manière inexplicable, les Défendeurs n'ont jamais formé ou assigné un groupe de travail pour rechercher et examiner les alternatives existantes pour prévenir et traiter le COVID-19. Au lieu de cela, les Défendeurs et d'autres ont entrepris de censurer à la fois les préoccupations concernant les vaccins et les informations sur les alternatives sûres et efficaces.
 

L’absence d’information des professionnels de santé

Une fois qu'une autorisation d'utilisation a été délivrée, le secrétaire du DHHS "doit établir" des conditions "conçues pour garantir" que les professionnels de la santé et les candidats au vaccin reçoivent certaines informations minimales nécessaires pour rendre possible un consentement volontaire et éclairé. Les informations obligatoires que le secrétaire du DHHS est censé garantir comprennent notamment le fait que les vaccins ne sont autorisés qu'en cas d'urgence et ne sont pas approuvés par la FDA, les risques significatifs connus et potentiels des vaccins, les alternatives disponibles aux vaccins, la possibilité d'accepter ou de refuser les vaccins.
 

L’absence de consentement éclairé pour le public

Les vaccins ne sont pas approuvés par la FDA, mais simplement autorisés dans le cadre d’une utilisation d'urgence. Pourtant les Défendeurs n'ont pas informé le public américain que la FDA n'a pas réellement "approuvé" les vaccins, et le Secrétaire du DHHS s’est bien gardé d’affirmer que les vaccins sont "sûrs et efficaces". Il a simplement déclaré, qu'"il est raisonnable de croire" que les Vaccins "peuvent être" efficaces et que les avantages l'emportent sur les risques. Au lieu d’informer et d’éduquer, le gouvernement fédéral, les États, le secteur privé et les médias bombardent le public de messages dans lesquels on qualifie ces vaccins de "sûrs et efficaces". Le Président en personne déclare aux citoyens : "Je vous promets qu'ils sont sûrs. Et plus important encore, ils sont extrêmement efficaces. Si vous êtes vaccinés, vous êtes protégés."

Le public n'est pas non plus au courant des graves conflits d'intérêts financiers qui pèsent sur le Dr Fauci, le National Institute of Allergies and Infectious Diseases, et le Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee qui conseille et consulte les Défendeurs en ce qui concerne les autorisations d’utilisation d’urgence des vaccins, comme le souligne la plainte.

En l'absence d'informations concernant les conflits d'intérêts, le public ne peut pas évaluer par lui-même la fiabilité et l'objectivité de l'analyse qui sous-tend ces AUE.

 

Les risques importants, connus et potentiels, des vaccins

La première étape pour comprendre les risques potentiels des vaccins est peut-être de comprendre exactement ce qu'ils sont, et ce qu'ils ne sont pas. Le CDC définit un "vaccin" comme suit : "Un produit qui stimule le système immunitaire d'une personne pour produire une immunité contre une maladie spécifique, protégeant ainsi la personne contre cette maladie". Les vaccins sont généralement administrés par injection, mais ils peuvent aussi être administrés par voie orale ou par pulvérisation dans le nez : "La protection contre une maladie infectieuse. Si vous êtes immunisé contre une maladie, vous pouvez y être exposé sans être infecté "

https://www.cdc.gov/vaccines/vac-gen/imz-basics.htm

 

Cependant, les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna COVID-19 ne répondent pas aux propres définitions du CDC. Ils ne stimulent pas l'organisme à produire une immunité contre une maladie. Il s'agit d'un fragment synthétique d'acide nucléique incorporé dans un support lipidique qui est introduit dans des cellules humaines, non pas dans le but d'induire une immunité contre l'infection par le virus du SRAS-CoV-2, ni pour bloquer la transmission du virus, mais pour atténuer les symptômes du Sars-Cov 2. Et aucune étude publiée et évaluée par des pairs ne prouve que ceux-ci confèrent une immunité ou arrêtent la transmission.

Ceux-ci ne sont pas des "vaccins" au sens où l'entend le public profane. Depuis que les vaccins ont été découverts en 1796 par le Dr Edward Jenner, qui a utilisé la variole de la vache pour inoculer les humains contre la variole et a appelé ce processus "vaccination" (du terme latin vaca pour vache), le public a compris qu'un vaccin est un micro-organisme, soit vivant mais affaibli, soit mort, qui est introduit dans le corps humain afin de déclencher la production d'anticorps qui confèrent une immunité contre la maladie ciblée et empêchent également sa transmission à d'autres personnes. Le public est habitué à ces vaccins traditionnels et les comprend.

Or, le public est fondamentalement mal informé de la technologie de thérapie génique qui sous-entend que les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna étant élaboré à partir de la technologie ARNm de son vaccin, Moderna admet la "nature nouvelle et sans précédent de cette nouvelle classe de médicaments" dans ses documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission.

www.sec.gov/Archives/edgar/data/1682852/000168285220000017/mrna-20200630.htm

 

De plus, Moderna admet que la FDA classe son vaccin comme une forme de "thérapie génique". Aucun virus mort ou atténué n'est utilisé pour l’élaboration des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna. Ce sont des petits morceaux de code génétique créés en laboratoire (l'ARNm), qui sont injectés dans votre corps pour lui indiquer comment fabriquer une "protéine de pointe" qui est censée être utile pour attaquer le virus du Sars-Cov-2. En les désignant comme des "vaccins", les Défendeurs séduisent et trompent sciemment le public, court-circuitent l'évaluation indépendante empêchent le consentement éclairé à cette nouvelle technologie qui est déployée dans la population humaine sans méfiance pour la première fois dans l'histoire.

 

Toute information critiquant les vaccins est désormais censurée

Pendant ce temps, le gouvernement fédéral orchestre une campagne médiatique nationale financée en injectant un milliard de dollars - non pas pour s'assurer que les Défendeurs respectent leurs obligations légales de divulgation, mais uniquement pour promouvoir les prétendus avantages des Vaccins. Dans le même temps, l'Associated Press, l'Agence France Presse, la British Broadcasting Corporation, CBC/Radio-Canada, l'Union européenne de radio-télévision (UER), Facebook, le Financial Times, First Draft, Google/YouTube, The Hindu Times, Microsoft, Reuters, Reuters Institute for the Study of Journalism, Twitter, The Washington Post et The New York Times participent tous à la "Trusted News Initiative", qui a accepté d'interdire toute information critiquant les vaccins. 

Les médecins individuels sont censurés sur les plateformes de médias sociaux (par exemple, Twitter, Facebook, Instagram, TikTok), la "place publique" des temps modernes. Le plaignant AFLDS a enregistré d'innombrables cas de médias sociaux supprimant le contenu scientifique posté par les membres de l'AFLDS qui va à l'encontre du récit dominant sur les vaccins, et bannit parfois certains membres de la plateforme en tant qu'utilisateurs. Facebook a bloqué la diffusion d'événements entiers auxquels le Dr Simone Gold, fondatrice de l'AFLDS, était invitée, avant même qu'elle ne prononce un mot. D'autres médecins ont été bannis pour avoir publié ou tweeté des captures d'écran de la base de données gouvernementale VAERS.

La censure s'étend également aux revues médicales. Dans un geste sans précédent, les quatre rédacteurs en chef fondateurs de la revue Frontiers in Pharmacology ont tous démissionné ensemble en raison de leur incapacité collective à publier des données scientifiques évaluées par des pairs sur divers médicaments pris en prophylaxie pour le traitement du COVID-19.

Le patron du Lancet a déclaré : "Maintenant, nous ne serons plus en mesure, si cela continue, de publier des données de recherche clinique, parce que les sociétés pharmaceutiques sont aujourd'hui si puissantes financièrement et sont en mesure d'utiliser des méthodologies telles qu'elles nous font accepter des articles qui sont apparemment, méthodologiquement parfaits, mais en réalité, qui parviennent à conclure ce qu'ils veulent conclure."

 

Les attaques contre les traitements précoces

Dans de nombreux cas, les attaques très médiatisées contre les alternatives de traitement précoce semblent être faites de mauvaise foi. Par exemple, dans le cadre d'une étude sur l'hydroxychloroquine, on a donné aux participants un surdosage en leur administrant un multiple de la dose standard prescrite, puis on a fait état des décès qui en ont résulté comme s'ils n'étaient pas dus au surdosage, mais au médicament lui-même administré aux doses appropriées. Les vingt-sept médecins-scientifiques auteurs de l'étude ont été mis en examen au civil et ont fait l'objet d'une enquête criminelle, mais le Journal of the American Medical Association n'a toujours pas rétracté l'article.

https://www.medrxiv.org/content/medrxiv/early/2020/04/16/2020.04.07.20056424.full.pdf

 

L’organisation de la peur

Après une année de manipulation psychologique soutenue, la population est maintenant affaiblie, effrayée, désespérée de retrouver ses libertés, sa prospérité et sa vie normale, et particulièrement vulnérable aux pressions exercées pour qu'elle prenne le vaccin. Les fermetures, les myriades de règles et de règlements, les contrôles confus et contradictoires, la docilité forcée et la démoralisation, l'anxiété et l'impuissance qui en découlent sont typiques des conditions autoritaires et totalitaires. Ce degré de coercition systémique et délibérée signifie que les américains ne peuvent pas donner un consentement éclairé véritablement libre et volontaire aux personnes candidates pour se faire vacciner.

 

La propagande vaccinale

Dans le même temps, la population est soumise à une campagne médiatique extrêmement agressive de promotion des vaccins, financée par le gouvernement fédéral à hauteur d'un milliard de dollars. Cette campagne médiatique est renforcée par un système de récompenses et de sanctions coercitives conçu pour inciter à la vaccination. Le gouvernement fédéral incite par tous les moyens dont la gratuité de la garde d'enfants. Le gouverneur de l'Ohio a récompensé les habitants de l'Ohio qui acceptent les vaccins en leur permettant de participer à la loterie "Vaxamillion", dotée d'un prix total de 5 millions de dollars et d'une chance de gagner une formation universitaire entièrement financée, tout en interdisant la participation aux habitants qui refusent les vaccins.

 

La menace permanente de la suppression des droits fondamentaux

Les sanctions prennent de nombreuses formes comme le retrait des droits des personnes non vaccinées, y compris l'interdiction de travailler, l'interdiction d'aller à l'école ou à l'université, l'interdiction de voyager en bus, en train ou en avion, l'interdiction de voyager en dehors des Etats-Unis, l’exclusion des événements publics et privés, tels que les lieux de spectacle.

Plus récemment, le président des Etats-Unis a annoncé une campagne agressive de visites au domicile des personnes non vaccinées, non pas dans le but de s'assurer qu'elles disposent de toutes les informations dont elles pourraient avoir besoin pour prendre des décisions volontaires et pleinement informées sur les vaccins mais plutôt dans le but de les pousser à se faire injecter le vaccin afin que l'Administration puisse atteindre son objectif d'avoir 70% de la population américaine vaccinée.

L'effet combiné de la suppression et la censure de l'information concernant les risques des vaccins, l'absence d'information du public concernant la nature nouvelle et expérimentale des vaccins à ARNm, la suppression et la censure de l'information concernant les traitements alternatifs, l'absence d'information et d'éducation adéquate du public sur le fait que les vaccins ne sont pas en fait "approuvés" par la FDA, le défaut d'informer et d'éduquer correctement le public sur le fait que le secrétaire du DHHS n'a pas déterminé que les vaccins sont "sûrs et efficaces" et qu'au contraire, il a simplement déterminé qu'"il est raisonnable de croire" que les vaccins "peuvent être efficaces" et que les avantages l'emportent sur les risques, la manipulation psychologique soutenue du public par le biais de messages officiels fondés sur la peur concernant le COVID-19, de contre-mesures draconiennes et d'un système de récompenses et de sanctions, vise à éliminer toute possibilité que les personnes vaccinées donnent un consentement volontaire et éclairé aux vaccins. Ils n'ont pas vraiment le choix d'accepter ou de refuser les vaccins. Ils sont des participants involontaires et non volontaires à une expérience humaine non consensuelle à grande échelle.

Pour toutes ces raisons, les plaignants cherchent ici avant tout à obtenir la révocation ou la résiliation de l'urgence déclarée et des AUE de vaccins existants, non pas à des fins anticoncurrentielles, mais pour répondre à une action illégale de l'agence motivée par des conflits d'intérêts financiers, des pressions et des craintes politiques, le risque substantiel de blessures et de décès généralisés, et des infractions constitutionnelles. 

La plainte (PDF)

À LIRE AUSSI

Image
Public Health Scotland
5 522 personnes décédées dans les 28 jours suivant un vaccin contre le Covid-19 en Écosse
La campagne de vaccination fonctionne à pleine vitesse avec des thérapies géniques toujours en phase 3 d’essais cliniques. De nombreux médecins spécialistes, comme le ...
22 juillet 2021 - 12:20
Société
Image
Gérard Guillaume
"Tout miser sur la stratégie vaccinale est un non-sens" Dr Gérard Guillaume
Le docteur Gérard Guillaume est notre invité pour un entretien essentiel. Cinquante ans de pratique de la médecine, dont de nombreuses années dans le sport de haut niv...
20 juillet 2021 - 15:02
Vidéos
14/08 à 18:20
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don