Convoqué par l'Ordre des médecins du Rhône, le Pr Trouillas fait naître une "Révolte des malades"

Convoqué par l'Ordre des médecins du Rhône, le Pr Trouillas fait naître une "Révolte des malades"

Publié le 18/09/2021 à 13:45 - Mise à jour le 19/09/2021 à 11:52
DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Jeudi 16 septembre, le Pr Trouillas - neurologue reconnu et spécialiste des formes neurologiques graves de la maladie de Lyme, a été convoqué par l'Ordre des médecins du Rhône pour avoir traité une patiente tétraplégique par des antibiotiques, au-delà de 28 jours. Cette convocation fait suite à une série de plaintes identiques provenues de différents médecins de la région, mais d'aucun patient. Considérant cela comme "un montage de toute pièce", "un scandale absolu", voire "une conjuration coordonnée de l'Ordre et de la sécurité sociale", Paul Trouillas ne s'est pas défendu seul.

En effet, le jour de l'audience, ce sont ses propres patients qui sont venus jusqu'à la chambre disciplinaire pour manifester leur profond désaccord. C'est ce qu'il a appelé la "Révolte des malades".

D'abord, qui est Paul Trouillas ?

Haut de ses 78 ans, il est médecin neurologue universitaire, essayiste politique et philosophe. Pour ne parler que de santé, il a tôt fait de devenir spécialiste de la question des AVC, dans les années 90. Il fonde le Centre d'urgence des attaques cérébrales de Lyon, entre autres institutions, et introduit en France la thrombolyse des artères cérébrales en tant que méthode thérapeutique de référence pour les AVC. Une méthode qui, si elle est aujourd'hui reconnue, a d'abord dû essuyer le flot de critiques qu'appelle la nouveauté. Il reçoit le prix de l'Hospitalisation française en 1992 et devient rapidement un expert reconnu à l'international.

Par ailleurs, il est fait Chevalier de l'ordre national du Mérite en 1996, et Chevalier de la Légion d'honneur en 2009.

Depuis 2017, il est aussi reconnu par la Haute Autorité de Santé (HAS) comme expert de la maladie de Lyme, statut qu'il nous dit d'ailleurs avoir renouvelé récemment. Enfin, il est signataire des recommandations officielles de cette même institution pour la maladie de Lyme.

Voir aussi : "Foutez la paix aux médecins!" Christian Perronne revient sur la maladie de Lyme

Que lui reproche-t-on ?

D'avoir traité une patiente atteinte d'une tétraplégie dans le cadre de la maladie de Lyme, par des antibiotiques au-delà de 28 jours, ce qui est prétendument en dehors des recommandations de la HAS. Cela étant, il nous fait savoir que dans ces mêmes recommandations, le traitement d'un cas neurologique peut-être renouvelé dans le temps autant de fois que nécessaire, pour la pour la bonne raison que ce sont des affections qui donnent lieu à des rechutes. Ce sont des situations complexes à gérer, à comprendre et donc par conséquence, à soigner.

Donc, au sujet de la maladie de Lyme, après le Pr Perronne, c'est le Pr Trouillas qui fait l'objet de ce qu'il dénonce comme étant une "démarche de violence illégale et illégitime", de la part de confrères qui eux, ne sont pas nécessairement reconnus comme étant experts en la matière. Selon lui, les formes neurologiques complexes se heurtent à un "négationnisme militant de la part d'une faction medicale, qui instrumentalise les autorités médicales, en particulier l'Ordre". Ce négationnisme accentuant par la suite ce qu'on appelle l'errance médicale.

La "Révolte des malades"

Comme mentionné au début, aucun patient n'a porté plainte. Alors, si les médias "mainstream" titrent déjà à la radiation du professeur en mettant la focale sur la chambre disciplinaire, il est aussi important de souligner que ses patients sont venus nombreux pour le soutenir dans sa défense, brandissant des pancartes où l'on peut lire des messages tels que : "Stop au harcèlement des médecins" ; "Le Pr Trouillas a sauvé mon enfant de 10 ans" ; "Pas d'obstruction aux traitements qui sauvent".

Suivant la décision des juges, Paul Trouillas s'il n'est pas relaxé, risque la suspension temporaire ou la radiation. Rejoindra-t-il les professeurs Montagnier, Perronne, Raoult, Fouché parmi les cibles du système médical français ?

La décision sera rendue dans un mois.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Paul Trouillas au coeur de la "Révolte des malades"

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-