Quand les instances veulent vacciner à marche forcée

Quand les instances veulent vacciner à marche forcée

Publié le 27/08/2021 à 18:13
Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment », peut-on lire dans l’article de loi n°2002-303 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Un concept qui semble échapper à l’agence régionale de santé (ARS) de Bretagne.

Celle-ci a fait retirer la fiche d’information sur le vaccin Pfizer que le centre de vaccination de Quimper donnait aux patients avant de recevoir l’injection. Cette fiche rappelait simplement des éléments de base primordiaux avant de faire le choix, à savoir que le vaccin était en phase trois d’essai clinique, que les effets secondaires ne sont pas connus à ce jour, que l’efficacité du produit est relative, etc.

Contre ces tentatives d’informer les gens, des médecins et chercheurs ont appelé à ne pas lire ces textes : « Mettre que le vaccin est en phase de test, ça donne l’impression d’être des cobayes ! […] Cette fiche contient de nombreuses approximations de nature à inciter un patient venu se faire vacciner à faire demi-tour ». On comprend donc que des médecins et des instances préfèrent cacher des informations diffusées par un centre de vaccination, plutôt que de favoriser l'information "loyale, claire et appropriée" mentionnée dans la déontologie, qui fonde un réel consentement éclairé.

Le ministère de la Santé et des Solidarités qui répond au centre en question précise que ce consentement n’est qu’à « recueillir à l’oral ». Cela n’est pas pertinent selon les responsables du centre quimpérois qui répondent à l’institution que : « À l’oral, il n’existe aucune preuve que le patient ait bien reçu l’information. »

Les instances de santé s'étaient déjà fait remarquer en avril dernier lorsque le Centre régional de pharmacovigilance de Tours avait demandé aux patients vaccinés de ne pas faire remonter leurs effets secondaires. L’établissement prétextait que pour chaque effet signalé il y avait trop de travail administratif nécessaire, compte tenu du nombre d’employés disponibles, et réclamait qu'on ne signale que "les plus graves".
 



Un blocus sur l'information et une entrave au bon fonctionnement de la pharmacovigilance qu'on retrouver outre-Atlantique, comme le détaillait Peter McCullough dans son debrieing publié hier : "Il n'y avait aucune raison d'approuver définitivement le vaccin Pfizer".

 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quand les instances de santé demandent aux centres de ne pas informer les patients

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-