Saint-Pierre-la-Mer: la mort soudaine de 200 chats serait due à un virus et non à un tueur en série

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Saint-Pierre-la-Mer: la mort soudaine de 200 chats serait due à un virus et non à un tueur en série

Publié le 28/06/2017 à 12:40 - Mise à jour à 12:50
©Thomas Peter/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans la commune balnéaire de Saint-Pierre-la-Mer, pas moins de 200 chats étaient morts dans des conditions suspectes au début du mois de juin. Alors que des associations et des riverains étaient persuadés qu'il s'agissait de l'oeuvre d'un empoisonneur, les autopsies avancent plutôt la thèse du virus. Sur place cependant des doutes demeurent.

Ce n'était finalement pas un acte humain. Des autopsies ont été pratiquées sur les cadavres de deux chats pour essayer de comprendre la mort jusque-là inexpliquée d'environ 200 félins dans la ville de Saint-Pierre-la-Mer (département de l'Aude). Elles ont mis en lumière la cause probable de l'hécatombe des malheureux animaux dans des conclusions dévoilées lundi 26. Et il ne s'agit pas d'un empoisonnement comme imaginé dans un premier temps.

Selon les analyses, le responsable du décès des chats est un virus. Plus précisément le calicivirus félin. Cette pathologie se caractérise par des conjonctivites, des éternuements et une ulcération de la langue, avant d'infecter les poumons jusqu'à la mort de l'animal.

Une explication qui ne suffit en tout cas pas à rassurer les habitants de la commune qui passe de 1.500 habitants l'hiver à 50.000 l'été. Les riverains ont en effet rapporté des faits troublants expliquant que les chats "vomissaient quelque chose de bleu, ils miaulaient et mouraient". De plus, la municipalité se dit sceptique sur une conclusion scientifique tirée de deux autopsies alors que 200 chats sont morts.

Une nouvelle autopsie dans un autre laboratoire, à Lyon, va être pratiquée sur l'un des animaux décédé dans ces conditions mystérieuses. Une association pour la protection des chats errants sur la commune continue de croire à la thèse de l'empoisonnement évoquant de la mort-aux-rats ou de l'huile de vidange mélangée à des boulettes de viande. Une plainte avait été déposée. L'enquête n'est donc pas tout à fait close.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :


Pas moins de 200 chats sont morts dans d'atroces souffrances au début du mois de mai.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-