Scandale du fipronil: un deuxième insecticide repéré dans l'affaire des œufs contaminés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Scandale du fipronil: un deuxième insecticide repéré dans l'affaire des œufs contaminés

Publié le 24/08/2017 à 17:30 - Mise à jour à 18:02
© JOHN THYS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le gouvernement néerlandais a alerté mercredi qu'un deuxième insecticide "modérément toxique" avait été utilisé par Chickfriend, la société belge incriminée dans le scandale du fipronil. Certains œufs pourraient donc également être contaminés par de l'amitraze.

Comme si le fipronil ne suffisait pas. Le gouvernement néerlandais a donné l'alerte à propos de l'amitraze mercredi 23. Ce deuxième insecticide "modérément toxique" a été utilisé par la société belge Chickfriend, incriminée dans l'affaire des œufs contaminés.

Pour l'instant, le produit néfaste, qui sert à tuer les mouches, n'a été repéré que dans un seul élevage de volailles et de bœufs, ont indiqué deux ministres du gouvernement des Pays-Bas dans une lettre adressée au parlement néerlandais. Il ne concernerait donc que les ovoproduits venant des Pays-Bas et de la Belgique.

Comme lors de la découverte du fipronil, la communication entre pays européens semble n'avoir pas très bien fonctionné. En effet, malgré la mise en place d'un dispositif de veille et d'alerte, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert n'a pas été informé de la découverte. "Les services officiels français n'ont reçu aucune alerte du Rapid Alert System for Food and Feed (RASFF) qui aurait indiqué l'envoi de produits contenant de l'amitraze vers les autres Etats membres. La Commission européenne n'a émis aucune recommandation non plus à ce sujet", a indiqué une porte-parole du ministère.

Un défaut de communication qui avait déjà été souligné par Stéphane Travert le 9 août dernier. Il avait déclaré qu'il souhaitait instaurer "un nouveau mécanisme pour faire en sorte que nous puissions mieux collaborer et avoir des échanges beaucoup plus fructueux et beaucoup plus rapides, notamment lorsqu'il y a des cas de contamination avérés comme nous l'avons vécu".

L'amitraze devrait donc être recherché par les services départementaux en charge d'enquêter dans les élevages de poules français.

Pour plus d'informations sur les produits susceptibles d'être contaminés, voici la liste (susceptible d'évoluer) des produits qui ont été retirés de la vente en France.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le gouvernement néerlandais a repéré mercredi un deuxième insecticide: l'amitraze.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-