Sida: au travail, les préjugés sur les séropositifs résistent

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 novembre 2017 - 09:16
Image
Trente-quatre ans après la découverte du virus du VIH, les chercheurs butent toujours sur sa capacit
Crédits
© RONALDO SCHEMIDT / AFP/Archives
De nombreux préjugés sur le sida et les séropositifs demeurent.
© RONALDO SCHEMIDT / AFP/Archives
Selon un sondage dévoilé ce mardi par Aides, les discriminations liées au sida persisteraient au travail. Près d'un tiers des Français jugent ainsi que les séropositifs ne peuvent faire certains métiers ou seraient mal à l'aise à leur contact.

Les séropositifs continuent de générer une "peur" irrationnelle qui se traduit par des discriminations. En prévision de la journée mondiale du sida, qui aura lieu vendredi 1er décembre, l'association Aides livre ce mardi les résultats d'un sondage montrant notamment le manque de connaissance sur les "risques" que représenteraient les malades.

Ainsi 98% des personnes interrogées jugent qu'une personne séropositive peut vivre comme tout le monde. Un point de vue qui cependant perd beaucoup d'adhérence dès qu'il s'agit d'accepter leur présence dans des cas précis.

Lire aussi: Sida: 25.000 personnes ignorent être séropositives en France

Car 31% des sondés jugent qu'un séropositif ne peut être pompier ou policier. Une part analogue avoue se sentir "mal à l'aise" à l'idée que l'enseignant de leur enfant vive avec le virus du sida. Une situation qui selon Aides pousserait encore, 35 ans après l'apparition du virus, les malades à cacher leur état, alors que les traitements permettant de vivre avec la maladie ont largement évolué.

Ainsi, la trithérapie (traitement donné aux séropositifs) "est un outil préventif aussi efficace que le préservatif", rappel Aides. "Dès lors, même lors d’un rapport sexuel non protégé par un préservatif, la personne séropositive n’a quasiment aucun risque de contaminer son-sa partenaire séronégatif-ve".

Pourtant, 87% des personnes interrogées continuent de penser qu'un tel rapport non-protégé constitue un risque élevé de contamination.

Lire aussi: Sida: pour le droit à l'oubli des séropositifs, une centaine de signataires pour un manifeste

Depuis quelques années, les études successives montrent que le public reste mal informé sur le sida, et certains acteurs de la lutte craignent qu'une "banalisation" de la maladie -qui ne serait plus prise autant au sérieux que dans les années 1990- nuise à la prévention.

Dans son rapport 2017, Aides pointe également du doigt d'autres discriminations: l'accès à un crédit, à une assurance, aux soins funéraires, ou encore envers les malades étrangers.

À LIRE AUSSI

Image
Campagne d'affichage du ministère des Affaires sociales, photographiée le 22 novembre 2016 à Rennes
Sida: la justice donne tort au maire d'Aulnay, qui avait interdit des affiches montrant des homosexuels
Le maire LR d'Aulnay-sous-Bois avait créé la polémique en novembre 2016 en interdisant la diffusion d'une campagne de prévention contre le sida montrant des couples ho...
10 novembre 2017 - 11:20
Politique
Image
La Love Baguette.
"Love Baguette": une opération dans les boulangeries pour agir contre le sida (vidéo)
Aides vient de lancer une grande opération de collecte nationale qui invite chacun à participer de manière concrète pour mettre fin à l'épidémie du sida. Ainsi, jusqu'...
12 octobre 2017 - 10:01
Lifestyle
Image
Image illustration du virus du sida.
"Moi le Sida": une campagne contre la banalisation du virus (VIDEO)
L'association de lutte contre le sida Aides a lancé lundi 8 juin une nouvelle campagne de sensibilisation. Elle donne une personnalité au virus, le fait parler. Le but...
08 juin 2015 - 21:04
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don