Syndrome du bébé secoué: un test sanguin pour mieux détecter les traumatismes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Syndrome du bébé secoué: un test sanguin pour mieux détecter les traumatismes

Publié le 12/04/2017 à 08:19 - Mise à jour à 08:20
©Julien Haler/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des chercheurs américains ont mis au point un test sanguin permettant de détecter les symptômes du syndrome du bébé secoué. Car dans 30% des cas, les médecins passeraient à côté du diagnostic faute d'informations précises.

Secouer un bébé peut causer des lésions cérébrales importantes et être fatal. Mais malgré les multiples campagnes de prévention, le nombre de nourrissons, victimes du syndrome du bébé secoué, ne semble pas faiblir. Au total, plusieurs dizaines d'enfants très jeunes (entre 180 et 200) seraient victimes de cette maltraitance chaque année en France.

Jusqu'à présent, le diagnostic se fait en analysant les symptômes comme les vomissements, la somnolence inhabituelle, la difficulté à se réveiller, le refus de manger, les difficultés à respirer ou encore la rigidité du corps. Mais parfois, dans 30% des cas, les spécialistes passeraient à côté. Alors pour améliorer le diagnostic, des chercheurs américains ont mis au point un test sanguin permettant de détecter les symptômes du syndrome du bébé secoué: notamment une hémorragie intracrânienne aigüe "provoquée par un traumatisme crânien non accidentel"

Ce test, qui nécessité une très petite quantité de sang, repose sur la combinaison de trois biomarqueurs et mesure le niveau d’hémoglobine qui indique le niveau d'oxygène dans le sang. Et preuve de son efficacité: le test, évalué auprès de 599 enfants, a détecté correctement les cas d’hémorragies intracrâniennes aiguës dans 90% des cas.

Un scanner cérébral est ensuite réalisé permettant de localiser l'hémorragie avec précision et donc de limiter les séquelles. "Nous pensons que le test peut compléter l’examen clinique et, dans les cas où les symptômes ne sont pas clairs, aider les médecins à prendre la décision de prescrire une imagerie ou non", a expliqué le Dr Rachel Berger, principal auteur de l’étude dont les résultats ont été publiés dans le JAMA Pediatrics.

Selon le site de l'Assurance maladie, le syndrome du bébé secoué survient lorsque l'on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Le plus souvent, ce drame arrive lorsque la personne qui s'occupe de l'enfant, est exaspérée par ses pleurs. Ce sont les petits de moins d’un an qui sont les plus touchés par cette maltraitance. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les médecins passeraient à côté du diagnostic dans 30% des cas.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-