Alcool et tabac: les publicités sur les réseaux sociaux contournent la loi et ciblent les jeunes

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 25 avril 2022 - 16:30
Image
puff
Crédits
Unsplash
Les marques se servent des influenceurs sur TikTok, Instagram et Snapchat pour promouvoir ce type de produit auprès de la jeunesse, sans mentionner les risques.
Unsplash

Sur les réseaux sociaux, les publicités pour les "puff" ("bouffée" en anglais) sont légion et visent principalement les jeunes. Ce sont des cigarettes électroniques jetables au goût de fruits et de bonbons. Ce nouveau phénomène, popularisé en France par TikTok et Instagram, est à la mode chez les adolescents et inquiète les professionnels de santé. Notamment car les "puff" contiennent jusqu’à 2 % de nicotine.

Dans un communiqué publié en mars 2022, le ministère de la Santé avertit que "cette substance entraîne une forte dépendance". Et d'ajouter que "les jeunes sont particulièrement vulnérables, en raison des effets de la nicotine sur le développement de leur cerveau". Le professeur Loïc Josseran, président de l'Alliance contre le tabac, a même qualifié le mouvement "d’épidémie pédiatrique" très à la mode. 

Lire aussi : Deux lycéens lillois hospitalisés à cause du "Buddha blues", un cannabis de synthèse

Les marques contournent la loi

Les marques se servent des influenceurs sur TikTok, Instagram et Snapchat pour promouvoir ce type de produit. Comme l’explique l’addictologue de l’AP-HP Paul-Brousse, pour convaincre leur public cible, les entreprises n’hésitent pas à associer des drogues comme l’alcool et la nicotine à une image de beauté et de santé. Dans le cas des "puff", pour contourner les algorithmes des plateformes censés filtrer les contenus montrant des cigarettes, les créateurs de contenu payés pour faire de la publicité utilisent une astuce : ils montrent le produit en faisant semblant de le consommer, sans pour autant montrer de la fumée. Cela permet de faire croire aux filtres de la plateforme qu’il ne s’agit pas de tabac ou de cigarette électronique.

Une stratégie illégale déjà utilisée par la filière de l'alcool

Alors que la loi Evin de 1991 protège les jeunes de la publicité pour l'alcool et le tabac, la promotion sur les réseaux sociaux est une pratique qui a déjà été repérée et dénoncée. L’Association nationale de prévention en alcoologie et en addictologie (ANPAA) a déjà mené une action en justice contre les fabricants d’alcool et les influenceurs abusant des plateformes pour faire de la publicité masquée.

Cette pratique est tout à fait illégale, notamment parce que la loi Evin prévoit que ces publicités doivent être assorties d'un message de caractère sanitaire précisant que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé. L'association Addictions France a décidé de saisir la justice pour demander le retrait des contenus Instagram et TikTok du compte YourBestRiflon, qui a lancé un jeu concours sans que soit apposé le message requis. Alors qu’Instagram n’a toujours pas répondu aux sollicitations de l’association, la plateforme TikTok a d’ores et déjà supprimé l’une des publications les plus problématiques. Le verdict est attendu pour le 13 mai 2022.

À LIRE AUSSI

Image
Les autorités politiques du New Jersey se sont mises d'accord pour légaliser le cannabis récréatif
Hausse mondiale de la consommation de cannabis liée au Covid-19
Le cannabis est l'une des drogues les plus consommées à travers le monde. Depuis le début de la pandémie, sa consommation est en hausse de manière globale. Cela coïnci...
11 avril 2022 - 17:37
Société
Image
Enquête sur un scandale d'État, Thierry de Peretti
"Enquête sur un scandale d'État" la lutte anti-drogue dans un état de passivité
CRITIQUE — L'histoire du film politique a quelques fleurons. Citons pour mémoire Les Trois jours du condor (1975) de Sydney Pollack, Les Hommes du président (1976) d'A...
09 février 2022 - 18:14
Culture
Image
danse
Paris face au phénomène du Chemsex
Le phénomène du Chemsex, un mélange entre consommation de drogues et de sexe, est de plus en plus prégnant à Paris, et se démocratise. Une étude présentée à la mairie ...
29 novembre 2021 - 17:35
Société