Travail de nuit: un nouveau rapport alerte sur des risques graves pour la santé

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Travail de nuit: un nouveau rapport alerte sur des risques graves pour la santé

Publié le 22/06/2016 à 14:43 - Mise à jour à 14:53
©Nico Neslon/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le travail de nuit a doublé en vingt ans en France. Une mauvaise nouvelle sur l'aspect sanitaire, la pratique pouvant mener à de sérieuses conséquences physiques et psychiques.

On savait déjà le travail de nuit potentiellement dangereux pour la santé. Un rapport publié ce mercredi 22 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) tire un peu plus la sonnette d’alarme en demandant "d’évaluer les coûts sociaux" liés à cette pratique et de les comparer aux "bénéfices potentiels". Comprendre entre les lignes: le travail de nuit est sans doute plus nuisible à la société qu’utile économiquement.

Parmi la liste des pathologies potentielles liées au travail de nuit, l'Anses relève le cancer, la prise de poids, la dégradation des performances cognitives et la santé psychique parmi les principaux risques. "Le travail de nuit influerait sur les facteurs de risques psychosociauxet les troubles du sommeil, qui à leur tour pourraient augmenter les risques de troubles mentaux", explique en détail l’Anses qui s’est penchée sur cette question dès 2011.

"Le coût social du travail de nuit ne se limite pas aux soins de santé prodigués aux salariés mais devrait prendre en compte le coût des répercussions sur la vie sociale et familiale, les coûts induits par les transports ou encore l'absentéisme", ajoute l'Agence, rappelant donc que le calcul du coût du travail de nuit ne peut être appréhendé qu’en sortant des cadres strictement économiques ou sanitaires.

Selon le Code du travail, le travail de nuit s’étend de 21 heures à 6 heures du matin. L’Anses rappelle qu’il a doublé en vingt ans concernant 21,5% des hommes et 9,3% des femmes. Un chiffre qui va à l’encontre de l’esprit de la loi pour qui le travail de nuit "doit rester exceptionnel".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La part du travail de nuit a doublé en vingt ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-