Un couple autorisé à congeler le cordon ombilical de leur bébé pour le soigner plus tard

Un couple autorisé à congeler le cordon ombilical de leur bébé pour le soigner plus tard

Publié le 12/12/2016 à 12:28 - Mise à jour à 12:29
©Philippe Put/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pour la première fois en France, des futurs parents ont obtenu avant la naissance de leur enfant le droit de congeler le cordon ombilical en raison des risques de cancer dans la famille. Ce dernier pourrait en effet servir à traiter la maladie dans les prochaines années grâce aux recherches sur les cellules souches.

Les parents d'un enfant sur le point de naître à Nice, dont la famille compte plusieurs cas de cancers foudroyants, ont été autorisés par la justice à conserver le cordon ombilical du bébé à des fins thérapeutiques pour lui-même, une première en France, a-t-on appris ce lundi 12 auprès de leur avocat.

La congélation d'un cordon ombilical n'est pas une nouveauté: ce don est possible, mais destiné à la collectivité. La nouveauté réside dans le fait que cette future mère a obtenu du tribunal de Grasse le droit de le faire congeler et le faire conserver par une société spécialisée, à des fins privées.

"Ce qui est une première, c'est d'agir par anticipation. Le cancer n'est pas là mais on sait qu'il y a un risque avéré", explique aussi à l'AFP Me Emmanuel Ludot, confirmant une information du Parisien et de RTL. "Ce sang est d'une richesse inouïe. Si la mère ne dit rien, c'est un déchet opératoire. Si l'hôpital suggère qu'elle peut l'abandonner au profit de la collectivité, elle peut signer un papier", poursuit l'avocat.

La mère, convaincue que son enfant pourra bénéficier des progrès de la science sur les cellules souches "d'ici 30 ans, (...) veut lui mettre une chance de côté pour que ce futur adulte puisse s'autoréparer", dit-il. "Ce n'est pas par coquetterie, il y a des problèmes de santé lourds héréditaires dans les deux lignées, et des cas de cancers foudroyants du pancréas".

Le couple a environ 40 ans et le bébé est leur premier enfant, selon Me Ludot, qui a obtenu une ordonnance favorable du tribunal de Grasse. Juridiquement parlant, rappelle-t-il, la loi française prévoit que le cordon ombilical appartienne à la mère, le père et l'enfant n'ayant aucun droit dessus.

"C'est une procédure simple. Il n'y a pas un combat judiciaire acharné et le patron de l'hôpital est ravi de le faire s'il a une autorisation judiciaire mais c'est juste qu'il faut y penser", précise l'avocat qui se dit en désaccord avec l'état actuel de la législation française et milite pour son évolution.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le futur bébé présente un "risque avéré" de développer un cancer.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-