Un tribunal dit que les médecins peuvent utiliser l'ivermectine pour Covid-19 en Afrique du Sud

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un tribunal dit que les médecins peuvent utiliser l'ivermectine pour Covid-19 en Afrique du Sud

Publié le 03/02/2021 à 13:38
FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

En Afrique du Sud, la première étape officielle dans l'utilisation de l'ivermectine comme médicament pour les patients atteints de Covid-19 a reçu le feu vert de la Haute Cour de Gauteng, Pretoria.

Le tribunal a rendu le 2 février 2021 une ordonnance en accord avec l'Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé (SAHPRA) qui permettra aux médecins de commencer un traitement à l'ivermectine - qui n'a pas encore d’autorisation de mise sur le marché pour l'usage humain en Afrique du Sud.

Cela permettra aux médecins de commencer le traitement par l'ivermectine en même temps que la soumission d'une demande au titre de l'article 21 dans les cas où le médecin juge qu'un accès urgent à l'ivermectine est crucial pour un patient.

Selon la loi sur le contrôle des médicaments et des substances apparentées, la demande au titre de l'article 21 doit être soumise à Sahpra par les médecins qui souhaitent prescrire des médicaments qui ne sont pas enregistrés pour l'usage humain en Afrique du Sud.

AFRIFORUM, l'une des parties à la demande urgente d'utilisation de l'ivermectine, a déclaré qu'il s'agissait « d'une percée révolutionnaire car les médecins n'auraient pas à attendre l'approbation de l'application de l'article 21 avant de commencer le traitement. »

Ce fut également une énorme victoire car les médecins pouvaient décider de procéder au traitement en utilisant leur propre jugement. En outre, l'ordonnance du tribunal détermine que toute personne peut avoir accès à l'ivermectine et que les médecins ont le droit de demander l'accès au médicament.

La question restante dans la demande, qui sera discutée en entier par toutes les parties à une date ultérieure, concernera la question de savoir si SAHPRA a le droit d'empêcher les médecins et les pharmaciens d'utiliser ce médicament sans d'abord demander l'autorisation de l'autorité de réglementation.

« Le cœur des questions à soulever est de savoir si SAHPRA a le droit de réglementer l'ivermectine dans le cas de chaque patient au milieu d'une pandémie, lorsque des milliers de personnes tombent malades », a déclaré l'avocat Willie Spies.

Dans l'état actuel des choses, a-t-il dit, chaque patient, par l'intermédiaire d'un médecin, doit obtenir individuellement la permission du SAHPRA avant de pouvoir utiliser l'ivermectine.

Le juge Peter Mabuse, qui a rendu l'ordonnance du tribunal, a noté que « les parties peuvent s'adresser au président du juge suppléant pour une date préférentielle à laquelle prendre une décision sur les questions. »

Le docteur George Coetzee de Pretoria, ville d’Afrique du Sud, a lancé un requête en urgence avec deux de ses patients pour obtenir l'autorisation d'utiliser l'ivermectine comme traitement.

Le Parti démocrate-chrétien africain (ACDP) a également introduit une requête similaire, qui sera entendue avec la requête de Coetzee. L'ACDP, entre autres, fera une requête pour demander la suppression des restrictions sur l'utilisation de l'ivermectine en Afrique du Sud, à condition qu'elle ait été prescrite par un médecin.

Leurs arguments reposeront principalement sur les droits constitutionnels des personnes à utiliser ce médicament.

En ce qui concerne l'accord d'hier entre les parties dans l'attente du jugement des deux demandes en référé, AfriForum a confirmé qu'il était désormais jugé par ordonnance d’un tribunal « qu'un médecin puisse commencer à traiter un patient avec de l'ivermectine sans avoir à attendre l'approbation d'une demande soumise au titre de l'article 21. »

«L'accès rapide au traitement médical est une percée pour la liberté des soins de santé et notre combat contre Covid-19, car l'obstacle de la pré-autorisation n'est plus un problème. C'est une première étape importante dans nos efforts pour garantir l'accès à l'ivermectine », a déclaré Barend Uys, responsable de la recherche à AfriForum.

Coetzee était reconnaissant de l'assurance donnée par l'ordonnance du tribunal aux médecins qu'ils pouvaient utiliser leur jugement clinique pour commencer un traitement à l'ivermectine lorsque l'accès à celui-ci était urgent.

Pendant ce temps, un groupe de médecins et de praticiens qui s'appellent eux-mêmes « I Can Make A Difference » (« je peux faire la différence ») se joindra également à la mêlée en tant que partie prenante distincte dans le processus de procès principal.

Ils ont initialement indiqué qu'ils souhaitaient devenir partie intéressée, mais l'avocat de Durban, Kuben Moodley, du cabinet d'avocats Pather and Pather, a confirmé hier soir qu'ils allaient désormais déposer leur propre requête.

Le groupe d'environ 50 praticiens de la santé a déclaré dans des documents judiciaires que la plupart d'entre eux voulaient légalement prendre l'ivermectine à titre prophylactique, à obtenir auprès d'un fournisseur réputé et reconnu, étant donné leur risque de contracter le Covid-19 en raison de leur exposition au virus.

Naseeba Kathrada, un médecin de Westville dans le KwaZulu-Natal, a déclaré dans un affidavit que, face aux ravages de la pandémie dans leur travail quotidien, ils voulaient le feu vert du tribunal pour utiliser légalement l'ivermectine pour leurs nombreux patients qui voulait vraiment l'utiliser aussi. Elle a déclaré que la requête principale - encore à entendre - était extrêmement urgente car elle traitait de questions de vie ou de mort. La dernière moyenne hebdomadaire de 482 décès par jour dans le pays en raison de Covid-19 a prouvé l'urgence, a-t-elle déclaré.

Kathrada a déclaré que si l'ivermectine devait s'avérer efficace à long terme à seulement 10%, cela permettrait de sauver 48 vies par jour.

En France, un collectif de médecins a déposé une requête au conseil d’Etat pour l’obtention d’un règlement temporaire d’utilisation pour l’ivermectine. On a appris que l’ANSM (Agence nationale du médicament et de la santé) s’est auto-saisie de la pertinence de l’évaluation de l’élaboration d’une RTU.  Les choses avancent mais pas assez vite pour les médecins présents à l’audience car ils ont besoin d’un cadre sécurisé pour traiter leurs patients pendant que l’épidémie progresse avec de nouveaux variants identifiés. 

Me Teissedre doit fournir tous le travail des chercheurs à l’ANSM afin de garder le Momentum. En outre le Collectif Santé Libre formé de 30 000 médecins a présenté dimanche un protocole de traitement ambulatoire qui comprend l’ivermectine ainsi que d’autres traitements comme l’hydroxychloroquine et l’azithromycine ainsi que la vitamine D et C.

 

Le Dr Jean-Francois Lesgards nous confie : « toutes les études sont la pour montrer la présomption d’efficacité de l’ivermectine et peu ou pas d’effets secondaires ».  Le remdesivir avait obtenu une autorisation temporaire d’utilisation pour moins que cela au printemps dernier.  Le deux poids deux mesures s’applique ici.

Les médecins, les associations de patients se mobilisent, la justice peine à se mobiliser alors que l’ANSM traine un peu des pieds...

L’Afrique du Sud et la Covid-19 en chiffres

C’est le pays le plus touché par la pandémie en Afrique avec 752 morts par million d’habitants.  La France elle est à 1182 et le Royaume Uni à 1586.

 

Dans l’outil de comparaison FranceSoir, on peut regarder l’évolution de l’épidémie et comparer l’Afrique du Sud à la France.

 

En outre un variant Afrique du Sud a été identifié et ce pays fait l’objet des zones de tests prioritaires du vaccin AstraZeneca. Un point évoqué par le Collectif Santé libre lors de leur conférence de presse du dimanche 31 janvier 2021 qui a observé sans en tirer de conclusions que les variants viennent des zones de tests du vaccin AstraZeneca (Brésil, Royaume-Uni, Afrique du Sud).

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-