UNICEF : les écoles ne sont pas les "principaux moteurs'' de la Covid chez les enfants

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 19 novembre 2020 - 10:04
Image
logo unicef
Crédits
Pixabay
Les données de 191 pays ne montrent aucun lien cohérent entre la réouverture des écoles et l'augmentation des taux d'infection à coronavirus, a rapporté l'UNICEF dans une analyse
Pixabay

Les données de 191 pays ne montrent aucun lien cohérent entre la réouverture des écoles et l'augmentation des taux d'infection à coronavirus, a rapporté l'UNICEF dans une analyse jeudi.

En publiant sa première évaluation complète des effets de la pandémie sur les enfants, l'agence des Nations Unies a déclaré: "il y a des preuves solides que, avec des mesures de sécurité de base en place, les avantages nets de garder les écoles ouvertes l'emportent sur les coûts de leur fermeture".

«Les écoles ne sont pas le principal moteur de la transmission communautaire, et les enfants sont plus susceptibles de contracter le virus en dehors du cadre scolaire», a déclaré l'UNICEF.

Les chiffres: En novembre, 572 millions d'élèves - environ 33% de tous les élèves - sont touchés par 30 fermetures d'écoles à l'échelle nationale, selon le rapport. À leur apogée, les fermetures d'écoles ont touché près de 90% des élèves dans le monde.

Les enfants représentaient une infection à Covid-19 sur neuf dans le monde, selon le rapport.

«Si les enfants peuvent tomber malades et propager la maladie, ce n'est que la pointe de l'iceberg pandémique», a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l'UNICEF. «Les perturbations des principaux services et la montée en flèche des taux de pauvreté constituent la plus grande menace pour les enfants. Plus la crise persiste, plus son impact sur l'éducation, la santé, la nutrition et le bien-être des enfants est profond. L'avenir de toute une génération est menacé. »

Abandon des services: d' après des enquêtes menées dans 140 pays, l'UNICEF estime que 70 pour cent des services de santé mentale pour enfants et adolescents ont été interrompus pendant la pandémie, 65 pour cent des pays signalant une diminution des visites à domicile par les travailleurs sociaux en septembre par rapport à l'année dernière .

Près d'un tiers des pays ont vu une baisse d'au moins 10 pour cent de la couverture des services de santé. Cela comprend les vaccinations de routine, les soins ambulatoires pour les maladies infectieuses infantiles et les services de santé maternelle.

Dans 135 pays, la couverture des services de nutrition pour les femmes et les enfants a diminué de 40 pour cent. On estime que le nombre d'enfants touchés par la pauvreté multidimensionnelle - caractérisée par une santé, une éducation et un niveau de vie médiocres, en plus des normes monétaires traditionnelles - aurait augmenté de 15% dans le monde d'ici la mi-2020.

Résultats de la transmission: la transmission du coronavirus d'enfant à enfant dans les écoles était «rare et non la principale cause» d'infections chez les enfants qui ont attrapé le virus alors qu'ils fréquentaient l'école, selon une évaluation de juillet de 31 pays réalisée par le Centre européen des maladies Prévention et contrôle.

Les enfants étaient plus susceptibles d'être infectés en dehors du cadre scolaire. Mais le rapport a également conclu que les collèges et les universités «ont joué un rôle dans la transmission communautaire dans de nombreux pays».

Et ensuite: le groupe a souligné que les effets à long terme sur la santé de l'infection par le coronavirus en tant qu'enfant ne sont toujours pas clairs. L'UNICEF appelle les gouvernements à collecter «des données plus fiables et ventilées par âge sur l'infection, les décès et les tests» pour «mieux comprendre comment la crise affecte les enfants les plus vulnérables».

L'agence appelle également les gouvernements et les partenaires à s'engager à garantir l'accès aux services essentiels, à rendre les vaccins abordables et disponibles pour tous les enfants et à soutenir la santé mentale des enfants, entre autres priorités.

«Alors que nous ré-imaginons tous l'avenir et que nous nous tournons vers un monde post-pandémique, les enfants doivent passer en premier», a déclaré Fore.

article original traduit de l'anglais : https://www.politico.com/states/new-jersey/story/2020/11/18/unicef-schools-are-not-main-drivers-of-covid-among-kids-1337119

 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.