Urgences saturées: encore trop de patients dorment sur des brancards

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Urgences saturées: encore trop de patients dorment sur des brancards

Publié le 26/03/2018 à 16:51 - Mise à jour à 16:59
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lancé en janvier dernier, le "No Bed Challenge" permet de recenser quotidiennement le nombre de patients qui dorment sur des brancards. Selon le classement de la semaine dernière, relayé par "Le Parisien", le centre hospitalier départemental de La Roche-sur-Yon se trouve en tête des urgences les plus saturées.

Ils sont des centaines chaque nuit à dormir sur des brancards. Une situation jugée inadmissible qu'ont souhaité dénoncer les urgentistes français en lançant au début de l'année le "No Bed Challenge", un défi consistant à recenser quotidiennement le nombre de patients qui dorment dans ces conditions.

Selon le classement de la semaine dernière, relayé par Le Parisien, ils ont été plus de 200 chaque nuit à ne pas s'endormir dans une chambre mais sur un lit de fortune. En tête des urgences les plus saturées, on retrouve le centre hospitalier départemental de La Roche-sur-Yon, le CHU de Nîmes, le CHU Dupuytren de Limoges, le centre hospitalier Pierre-Oudot de Bourgoin-Jallieu mais aussi le centre hospitalier Victor-Dupouy d'Argenteil.

Des données inquiétantes sachant que le risque de mortalité des patients augmenterait dans ces conditions. "Il s’agit d’une mortalité retardée, donc invisible. Le risque de décès augmente de 5% pour les patients admis les jours de grande surcharge, toutes pathologies confondues. Et si on s’intéresse aux patients les plus graves, l’impact est plus important avec un risque relatif d’augmentation de la mortalité de 30%", a expliqué au quotidien le docteur Agnès Ricard-Hibon, présidente de la Société Française de médecine d’urgence.

Lire aussi - Hôpitaux: le "No Bed Challenge" pour dénoncer le manque de lits aux urgences

Face à cette situation, le No Bed Challenge semble donc être devenu un outil important pour avoir un aperçu précis de la situation des services des urgences en France. Il s'agit d'un "vrai signal d’alarme", a expliqué le docteur François Braun, le président de Samu-Urgences de France, confiant que "19.000 personnes ont passé la nuit sur un brancard, sur la centaine d’hôpitaux qui nous font remonter des données" depuis la mise en place de ce classement. "Soit plus de 120.000, si on extrapole aux 650 services d’urgences de France. C’est un chiffre incroyable".

Qualifiant la situation de "grave", il a dit espérer que le ministère de la Santé intervienne et "en tire les leçons". "Pour l’instant on ne voit rien venir", a-t-il conclu.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au total, plus de 200 patients dorment chaque nuit sur un brancard.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-