Vaccination: les Français moins méfiants

Vaccination: les Français moins méfiants

Publié le 20/04/2015 à 19:26 - Mise à jour à 19:32
©Daniel Paquet/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Les Français sont de plus en plus nombreux à se faire vacciner relève l'Inpes à l'occasion de la semaine européenne de la vaccination qui se déroule du 20 au 25 avril. Toutefois, les vaccins facultatifs sont encore trop peu demandés.

Ce lundi débute la semaine européenne de la vaccination. Un évènement qui a pour but de sensibiliser la population à l'importance de se faire vacciner à travers différentes animations, conférences et autres campagnes de vaccination.

A cette occasion l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), qui coordonne l'évènement avec le ministère de la Santé, souligne que les Français sont de plus en plus enclins à se faire vacciner, même si quelques réticences subsistent.

En effet, selon le baromètre santé 2014 de l'Inpes publié en février dernier, 79% des 18-75 ans se disent favorables à la vaccination contre seulement 61% en 2010. Les jeunes notamment seraient les plus confiants, de bon augure pour l'avenir selon les autorités sanitaires.

La barre des 90% de nourrissons (moins de 6 mois) vaccinés contre l'hépatite B a été atteinte pour la première fois, un chiffre qui monte à 95% quand il s'agit de prévenir le pneumocoque.

Mais en ce qui concerne les vaccins facultatifs mais fortement recommandés pour certaines catégories de personnes, des efforts restent à faire. C'est notamment le cas du traitement contre le méningocoque chez les moins de 25 ans, contre le papillomavirus pour les filles de 9 à 15 ans où encore l'habituelle vaccin contre la grippe chez les seniors.

Sur ce dernier point, l'Inpes note que moins de la moitié des personnes à risque se sont faites vaccinées durant la dernière campagne hivernale. Une réticence peut-être due au fait qu'une des formes de grippe était cette année résistante au produit.

Plus d'un Français sur cinq reste donc méfiant, car si les vaccins sauvent des vies, certains risques minimes et cas isolés suffisent à entraîner un climat de suspicion autour de ces produits.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Près de huit français sur dix sont favorables à la vaccination.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-