Vaccination obligatoire des enfants: la décision entre les mains du Conseil constitutionnel

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Vaccination obligatoire des enfants: la décision entre les mains du Conseil constitutionnel

Publié le 10/03/2015 à 17:28 - Mise à jour le 11/03/2015 à 13:38
©Apotek Hjartat/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL/AZ
-A +A

Le Conseil constitutionnel examine à partir de ce mardi la validité de l'obligation pour les parents de faire vacciner leurs enfants contre certaines maladies. La question fait suite au refus d'un couple qui considère que le vaccin est plus risqué que bénéfique.

Peut-on refuser de faire vacciner son enfant? La question est entre les mains des sages du Conseil Constitutionnel depuis ce mardi. Ils devraient rendre leur décision le 20 mars prochain.

A l'origine de ce débat, les époux Larère, un couple de l'Yonne. En octobre 2014, ils avaient été convoqués par le tribunal correctionnel d'Auxerre pour avoir refusé de faire vacciner leur fille de trois ans contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (vaccin DTP). Un traitement pourtant obligatoire pour des raisons de santé publique.

Leurs motifs: le risque lié à la vaccination serait plus important que celui de contracter les maladies ciblées: "Il y a des études sérieuses qui sont menées aujourd’hui et qui prouvent que les vaccins peuvent rendre malades nos enfants plus que les protéger ", avait alors déclaré la mère, Samia Larère.

Devant les juges, les parents avaient invoqué le fait que le vaccin DTP ciblait aussi d'autres maladies (coqueluche, hépatite B, méningite) contre lesquelles il n'est pas obligatoire de se faire vacciner. Les parents avaient alors demandé au laboratoire Sanofi Pasteur de leur procurer des vaccins qui n'immunisent que contre la diphtérie, le tétanos et la polio. Mais après réception, ils avaient à nouveau refusé de faire vacciner leur enfant, accusant les vaccins de contenir un produit chimique, le mercure.

Le droit à la santé et au libre choix des parents s'oppose donc aux impératifs de la santé publique. L'avocat des époux a donc soumis à la justice une question prioritaire de constitutionalité (QPC). Les membres du Conseil Constitutionnel doivent donc éclaircir le problème juridique pour que l'affaire puisse être tranchée.

Pour les plaignants, obliger les parents à vacciner leurs enfants contre ces maladies, presque éradiquées en Europe, n'a plus de sens de nos jours. Surtout si le vaccin présente, lui, des risques bien réel.

La ministre de la Santé Marisol Touraine avait exprimé, lors de l'audience de 2014, sa préoccupation face au "mouvement de défiance, de méfiance même, vis-à-vis des vaccins", ajoutant que "la liberté s'arrête là où commence la santé publique et la sécurité de l'ensemble de la population". Le Haut conseil de la santé publique avait quant à lui estimé que la question "méritait un débat".

Selon le Code de la santé publique, qui a rendu obligatoire le vaccin DTP, toute personne qui refuse de s'y soumettre encourt six mois d'emprisonnement et 3.750 euros d'amende. Le Code pénal prévoit, lui, une peine beaucoup plus lourde. Le fait de se soustraire à ses obligations légales "au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant" peut ainsi valoir à l'auteur de l'infraction jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

 

Auteur(s): VL/AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La vaccination des enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite est obligatoire en France.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-