Vache folle: faut-il craindre le retour de la maladie en France?

Vache folle: faut-il craindre le retour de la maladie en France?

Publié le 19/12/2019 à 15:46 - Mise à jour à 15:49
Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A

La France doit-elle craindre le retour de la maladie de la vache folle ? Les chercheurs commencent à s'en inquiéter et mettent en garde contre la tentation du retour à l'utilisation des farines animales dans l'alimentation du bétail.

La France n’est pas à l’abri d’un retour de la maladie de la vache folle. C’est l’alerte lancée par des chercheurs de l’INRA et de l’école vétérinaire de Toulouse qui viennent d'identifier l’origine de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Ils sont désormais en mesure de confirmer que cette neuro-dégénérescence mortelle qui, chez l’homme, prend la forme de la maladie de Creutzfeld Jacob, passe la barrière des espèces.

Venue de Grande-Bretagne, l’ESB avait contaminé des milliers de bovins partout en Europe et en Amérique, dans les années 90. L’épizootie avait entraîné le développement de la maladie mortelle de Creutzfeld-Jacob chez des centaines de personnes dans les années 80-90, dont 27 personnes en France. Elle avait été endiguée après l’interdiction en Europe, en 1997, des farines animales dans l’alimentation des ruminants, mais aussi grâce à la surveillance des contaminations croisées et à la destruction des tissus à risque les plus élevés.

A lire aussi : Vache folle : premier cas avéré en France depuis 2011

Mais, expliquent l’équipe de recherche toulousaine dans la revue Nature Communications, si « ces mesures sont toujours en place, elles coûtent très cher ». Les industriels et quelques responsables sanitaires poussent donc en faveur de leur élimination. En procédant notamment de nouveau au recyclage des carcasses animales. Elles produisent en effet « des protéines de bonne qualité », qui sont une « bonne alternative à l’importation de soja », selon les auteurs de l’expérimentation. Mais le revers de la médaille pourrait donc être, si réapparaît l’ESB, de faire encourir le risque que la maladie se propage de nouveau, aux animaux comme aux humains. Les éleveurs bovins français se sont déjà alarmés d’un possible retour en Europe des animaux nourris à la farine animale : c’est ce que la signature du CETA (accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne) pourrait impliquer, les farines animales étant autorisées au Canada.

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La maladie de la vache folle a entraîné le décès de près d'une trentaine de personnes en France

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-