Voici la liste des médicaments à proscrire, 91 produits pointés du doigt

Voici la liste des médicaments à proscrire, 91 produits pointés du doigt

Publié le 29/01/2017 à 16:03 - Mise à jour à 16:04
©Joël Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Au total, 91 médicaments, dont 81 vendus en France, seraient "plus dangereux qu'utiles", selon la revue "Prescrire" qui vient de publier, comme chaque année, sa liste noire des traitements à éviter. Se trouvent notamment des produits de la vie courante comme ceux destinés à soulager le rhume.

Ils seraient "plus dangereux qu'utiles". Pour la cinquième année consécutive, Prescrire a publié jeudi 26 son bilan "des médicaments à écarter pour mieux soigner" avec pour objectif d'aider les patients à choisir des soins de qualité. "Le plus souvent, quand un traitement médicamenteux apparaît souhaitable, d’autres options ont une meilleure balance bénéfices-risques que ces médicaments à écarter", a indiqué la revue médicale précisant qu'"en situation d’impasse thérapeutique dans une maladie grave, il n’est pas justifié d’exposer les patients à des risques graves, quand l’efficacité clinique n’est pas démontrée".

Au total, 91  médicaments considérés comme dangereux ont été recensés début 2017, dont 82 en France. Cancérologie, cardiologie, diabète, rhumatologie, neurologie, psychiatrie: les médicaments de toutes spécialités confondues ont tous été passés au crible. Et parmi les nouveaux arrivants, se trouvent notamment le Muxol ou le Bisolvon. Des médicaments utilisés pour soulager des maux de gorge ou des toux et qui peuvent entraîner des réactions allergiques et des réactions cutanées graves, parfois fatales.

Dans cette liste noire se trouvent donc de nombreux produits de la vie courante comme par exemple ceux destinés à soulager le rhume. Ainsi, les décongestionnants par voies orale et nasale (l’éphédrine, la naphazoline, l’oxymétazoline, la phényléphrine, la pseudoéphédrine et le tuaminoheptane) peuvent exposer les patients à des troubles cardiovasculaires graves voire mortels.

Du côté du sevrage tabagique, un autre médicament est à écarter: il s'agit du Bupropione, un amphétaminique qui expose à des troubles neuropsychiques (dont des agressivités, des dépressions, des idées suicidaires), des réactions allergiques parfois graves, des dépendances, et des malformations cardiaques congénitales en cas d’exposition de l’enfant à naître pendant la grossesse. Sont également pointés sur doigt certains antidépresseurs comme le Valdoxan, le Cymbalta ou le Seropram.

Parmi la centaine de substances recensées par les cinq bilans déjà réalisés, seulement une dizaine ont fait l’objet de suspension ou de retrait d’AMM (autorisation de mise sur le marché). 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La revue médicale indépendante "Prescrire" vient de dévoiler une nouvelle liste de médicaments à éviter.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-