Voltaren: nouvelle mise en garde sur les risques cardiovasculaires du diclofénac

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Voltaren: nouvelle mise en garde sur les risques cardiovasculaires du diclofénac

Publié le 08/10/2018 à 15:03 - Mise à jour à 15:55
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une étude danoise a mis en évidence les risques cardiovasculaires liés au diclofénac, le principe actif du Voltaren. L'ANSM et l'UFC-Que Choisir ont rappelé aux patients que ce médicament ne doit pas être pris en automédication.

L'UFC-Que Choisir a rappelé dimanche 7 les risques cardiovasculaire liés au diclofénac, la molécule utilisée dans le fameux Voltaren. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait en effet mis en garde fin septembre les praticiens et patients après qu'une étude danoise a montré que ses dangers sont plus importants que ce qui était jusque-là envisagé.

"Ces éléments conduisent les auteurs à préconiser de ne pas utiliser le diclofénac en automédication, et s’il est prescrit, de l’utiliser en seconde intention après d’autres anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS)", a ainsi informé l'ANSM .

L'étude en question a abouti à un risque de problèmes cardiovasculaire (fibrillation auriculaire, AVC ischémique, insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde) supérieur de 20% à 30% par rapport aux patients qui utilisent d'autres AINS, même sur une courte durée, et de 20% comparé à l'usage du paracétamol. Celui-ci est donc à préférer dans la mesure du possible, comme l'ibuprofène ou le naproxène.

Voir: Paracétamol: l'ANSM met en garde contre ses dangers

"Une nouvelle évaluation des données de sécurité du diclofénac sera conduite en début d’année 2019 au niveau européen", précise également l'ANSM qui rappelle donc qu'il ne faut "pas utiliser de médicaments contenant du diclofénac, en dehors de toute prescription médicale".

Si l'ANSM renvoie vers d'autres produits disponibles sans ordonnance, ceux-ci ne doivent pas pour autant être pris sans la moindre précaution. Ainsi l'agence avait, quelques semaines avant de mettre en garde contre les risques liés au diclofénac, rappelé que le paracétamol peut être très nocif lorsqu'il est consommé de manière excessive.

Lire aussi: De nouvelles prothèses mammaires liées à un risque de cancer

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ANSM déconseille le recours au diclofénac (Voltaren et générique) sans ordonnance.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-