Des scientifiques alertent sur le risque d'une contamination virale extraterrestre

Des scientifiques alertent sur le risque d'une contamination virale extraterrestre

Publié le 26/11/2021 à 09:38
© HO / NASA/AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

En août 2019, une sonde avait apporté sur la Lune des tardigrades, de microscopiques animaux, aussi connus comme "ours d'eau" ou “porcelets de mousse”. Des exobiologistes avaient alors débattu quant à la possibilité de survie de ces organismes, et des risques qu'ils avaient de contaminer le satellite. Aujourd’hui, une étude scientifique attire l’attention sur le risque inverse : la possibilité que les humains ramènent sur Terre des micro-organismes dangereux, au cours de leurs voyages spatiaux.

Des bactéries terrestres pourraient muter dans l’espace et représenter un danger à leur retour sur terre

Selon Anthony Ricciardi, professeur de biologie à l'Université McGill au Canada et auteur principal de l’étude, l'humanité est encore loin de découvrir une vie extraterrestre telle que nous l’imaginons. Il est plus plausible de retrouver des formes de vie microbiennes. Et malgré les efforts de stérilité des véhicules de la NASA, les humains risquent même d’amener la vie microbienne terrestre sur d’autres planètes où elle pourrait, hypothétiquement, survivre, prospérer, et potentiellement nuire à l'environnement local. Des microbes pourraient aussi se propager, s'adapter au climat, puis contaminer une mission humaine ultérieure, qui ramènerait ces formes de vie évoluées, pas totalement extraterrestres, sur la Terre. Une sortie de ping-pong bactérien entre planètes.

Appliquer la science des invasions à l'échelle planétaire pour éviter la contamination biologique potentielle associée aux vols spatiaux

Ces invasions biologiques seraient potentiellement dévastatrices. Pour éviter cela, Ricciardi préconise l'application de la science des invasions et d'autres disciplines pour renforcer la biosécurité. "Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère d'exploration spatiale", a-t-il déclaré. « Face à cela, il semblerait sage de traiter les nouveaux risques en étendant les protocoles, en les revisitant. » Même si la probabilité que des microbes s'accrochent à un atterrisseur, survivent pendant le trajet spatial et reviennent sur Terre vivants est très faible, selon l’étude scientifique, mieux vaut prévoir et prévenir ces éventualités.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un ping-pong bactérien entre planètes ?

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-