Besançon: ils fabriquent une maison de l'épaisseur d'un cheveu (vidéo)

Besançon: ils fabriquent une maison de l'épaisseur d'un cheveu (vidéo)

Publié le 30/05/2018 à 09:20 - Mise à jour le 20/02/2019 à 14:28
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Des scientifiques de Besançon sont parvenus à construire une maison de l'épaisseur d'un cheveu, soit quelques micromètres de volume seulement. Ils ont utilisé des technologies permettant de se concentrer sur l'infiniment petit pour réaliser cette prouesse.

Vous ne pourrez jamais habiter cette maison, mais l'exercice de précision qu'il a fallu pour la construire ouvre des perspectives prodigieuses dans le domaine des hautes technologies. Des chercheurs de l'Institut Femto-ST de Besançon sont en effet parvenus à construire la plus petite maison du monde. Et pour cause, les cotes de la maison confinent à l'infiniment petit: 20x10x15 micromètres. Soit une épaisseur proche de celle d'un cheveu.

Et le réalisateur de cette maison répond au nom de μRobotex ("Micro Robotex"), une plateforme qui utilise à la fois un microscope électronique à balayage à double faisceau, un faisceau d'ions focalisés et un nanorobot.

La maison en question a été construite sur un panneau de verre découpé dans une chambre à vide pour en extraire le patron. Grâce au faisceau d'ions, les chercheurs ont pu moduler la chaleur pour plier ensuite les pans du patron de l'habitation. Le pilotage s'est fait sous le contrôle d'un microscope électronique de haute précision.

(Voir ci-dessous une vidéo expliquant la conception de la maison)

Reste la question: à quoi sert une telle performance? Certainement pas au monde de l'immobilier, non, mais plutôt au monde de l'optique de haute précision. Le développement et l'utilisation de capteurs capables de travailler à l'échelle du micromètre permet en effet une utilisation professionnelle dans le domaine de l'aérospatiale, dans la réparation des moteurs, ou dans celui de la médecine avec la capacité de travailler directement à l'intérieur des vaisseaux sanguins.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les scientifiques ont travaillé à l'échelle de l'infiniment petit pour l'oeil humain (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-