Découverte de fossiles de cerveaux animaliers vieux de 520 millions d'années

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Découverte de fossiles de cerveaux animaliers vieux de 520 millions d'années

Publié le 16/11/2015 à 13:37 - Mise à jour à 14:50
©Capture d'écran/Vidéo YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

En Chine, des chercheurs ont découvert sept fossiles abritant de la matière cérébrale datant de 520 millions d'années. Ces derniers appartiennent tous à la même espèce, Fuxianhuia protensa, sorte de crevette géante qui vivait durant le Cambrien.

En Chine, sur le site de Chengjiang Shales, dans le Yunnan (sud-ouest), des paléontologues américains ont découvert sept fossiles abritant chacun une partie de matière cérébrale conservée et datant de 520 millions d'années. Selon l'étude parue dans la revue Current Biology ces fossiles appartiennent tous à la même espèce: Fuxianhuia protensa. Il s'agit d'un arthropode qui vivait durant le Cambrien (période du Paléozoïque qui s'étend de -542 millions d'années à -488 millions d'années) et ressemblait à une crevette géante, longue de 4 à 15 cm de long. Evoluant dans les fonds marins, ces bêtes capturaient probablement leurs proies grâce à leurs appendices frontaux.  

Analysant les fossiles à l'aide d'un microscope électronique à balayage, les scientifiques de l'Université d'Arizona ont identifié dans chacun de ces fossiles des traces de ce qui était un cerveau ou un système nerveux central. D'après leurs observations, les cerveaux ont été préservés tels des films de carbone aplatis. Comment cela est-il possible? Les crevettes ont probablement été brusquement enterrées, lors d'un glissement de terrain, dans de la boue baignant dans une eau pauvre en oxygène, ce qui aurait empêché les attaques de charognards et la putréfaction, avancent les chercheurs dans un autre article paru dans la revue Nature.

Pour avoir réussi à se fossiliser, le cerveau de Fuxianhuia protensa devait être remarquablement dense, soulignent-ils, remarquant que celui des arthropodes actuels, composés d'un réseau de cellules nerveuses serrées et de graisses, l'est en effet. Celui des crevettes primitives devait donc l'être encore d'avantage.

"Avec ces pré-requis le processus commence; le cerveau garde sont intégrité globale, ce qui conduit à son aplatissement progressif et à sa conservation" , résume Nicholas J. Strausfeld, un des co-auteurs de l’étude qui a longtemps été l'un des seuls experts à soutenir que les cerveaux pouvaient se fossiliser. 

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Reconstruction du Fuxianhuia protensa par Nicholas J. Strausfeld.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-