Elon Musk: l'entrepreneur souhaite relier intelligence humaine et artificielle grâce à un implant placé dans le cerveau

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Elon Musk: l'entrepreneur souhaite relier intelligence humaine et artificielle grâce à un implant placé dans le cerveau

Publié le 28/03/2017 à 15:16 - Mise à jour à 15:19
©Hector Guerrero/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une nouvelle lubie révolutionnaire de l'entrepreneur Elon Musk a été évoquée lundi 27 par le "Wall Street Journal". Il s'agit d'un implant placé dans le cerveau humain permettant d'augmenter de façon considérable les capacités cognitives de l'homme.

Rendre le cerveau humain surpuissant. Encore une idée signée Elon Musk. Le PDG de Space X et Tesla est déjà à l'origine de projets sur la conquête de Mars et de la création des voitures électriques et autonomes. Sa nouvelle lubie: il souhaite à présent allier l'intelligence humaine et artificielle, a rapporté lundi 27 le Wall Street Journal.

L'entrepreneur souhaite à travers la création d'une start-up nommée "Neuralink", sur laquelle il travaille depuis le mois de juillet dernier, placer dans le cerveau humain un implant. Ce dernier serait relié aux neurones et permettrait de développer les capacités cérébrales de l'homme. Un projet qui sonne comme une contre-offensive de la part du Sud-africain qui avait déjà exprimé ses craintes de voir un jour l'intelligence artificielle prendre le dessus sur l'intelligence humain.

En se connectant aux neurones du cerveau, ces implants censés augmenter les capacités cognitives humaines pourraient être utilisés à des fins médicales. L'objectif serait de guérir des maladies comme l'épilepsie ou la dépression, explique le quotidien. Cette technologie reste pour le moins délicate à maîtriser. Mais si tel était le cas, elle permettrait au cerveau d'être relié à un ordinateur et d'échanger ainsi des données ou de se connecter à Internet instantanément.

D'un point de vue éthique, cette avancée technologique laisse envisager des risques. La connexion avec une machine induit la possibilité que le cerveau humain soit piraté ou formaté par le biais de l'informatique. D'après Vanity Fair, Elon Musk envisagerait de rendre le dispositif opérationnel d'ici 4 à 5 ans.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Sud-africain avait déjà exprimé ses craintes de voir un jour l'intelligence artificielle prendre le dessus sur l'intelligence humain.

Newsletter





Commentaires

-