ISS: Thomas Pesquet confie avoir déjà dû réparer les toilettes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

ISS: Thomas Pesquet confie avoir déjà dû réparer les toilettes

Publié le 23/11/2016 à 18:29 - Mise à jour à 18:30
©Thomas Pesquet/Twitter
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Thomas Pesquet a donné ce mercredi sa première conférence de presse depuis le module scientifique européen de l'ISS. Le spationaute français, "super content d'être là", a confié qu'il avait déjà dû réparer les toilettes "cassées dès le deuxième jour".

Un astronaute se doit d'avoir aussi des talents de plombier: l'équipage qui vient d'arriver dans la Station spatiale internationale (ISS) a déjà dû réparer les toilettes "cassées dès le deuxième jour", a déclaré ce mercredi 23 le spationaute français Thomas Pesquet. "C'était un peu la tuile", a reconnu l'astronaute qui tenait sa première conférence de presse depuis le module scientifique européen de l'ISS retransmise sur le site de l'Agence spatiale européenne (ESA). Tout en se retenant d'une main au plafond en raison de l'apesanteur, il jouait de l'autre main avec un gros ballon représentant la Terre.

"En même temps, je me dis que cela arrive au début de la mission", qu'"on a utilisé notre quota de malchance et que maintenant cela devrait marcher jusqu'à la fin", a dit le benjamin du corps européen des astronautes. Le Russe Oleg Novitski, l'Américaine Peggy Whitson et Thomas Pesquet ont rejoint dans la nuit de samedi à dimanche l'ISS, à 400 km d'altitude, au terme d'un vol de deux jours à bord d'un vaisseau Soyouz, lancé du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Ils y ont retrouvé un Américain et deux Russes, arrivés mi-octobre.

"Tout le monde se sent super bien", a déclaré Thomas Pesquet. "Nous nous sommes adaptés très vite. Nous n'avons pas été malades du tout", a-t-il dit. "Je suis super content d'être là". "Finalement, travailler en apesanteur, c'est hyper-naturel", a estimé l'astronaute dont la mission doit durer six mois.

Dès lundi, "nous avons commencé à bien travailler". "Il faut veiller à ne pas laisser échapper les outils", a-t-il noté. Thomas Pesquet a déjà testé le système de traitement de l'eau. Et il a aussi réalisé une expérience avec des surfaces autonettoyantes innovantes, auxquelles les bactéries n'adhèrent pas. Il les a réparties un peu partout dans la cabine.

Thomas Pesquet indique qu'il dort "très bien", "comme un bébé". "C'est super agréable. Nous dormons en flottant. Nous sommes retenus juste à la paroi de nos petites cabines individuelles, avec un sac de couchage accroché au mur". Il peut téléphoner via internet à sa famille presque tous les jours. Le week-end, il peut avoir une conférence vidéo avec eux.

"C'est comme être en voyage d'affaires, c'est juste un absolument incroyable voyage d'affaires de six mois", a-t-il estimé. Thomas Pesquet doit notamment conduire une cinquantaine d'expériences scientifiques pour le compte de l'ESA et du Cnes.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


En six mois, Thomas Pesquet doit conduire une cinquantaine d'expériences scientifiques pour le compte de l'ESA et du Cnes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-