La nouvelle technique surprenante de Facebook pour lutter contre le "revenge porn"

La nouvelle technique surprenante de Facebook pour lutter contre le "revenge porn"

Publié le 06/11/2017 à 15:47 - Mise à jour à 15:58
© Justin TALLIS / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Particulièrement touché par le "revenge porn", Facebook cherche des solutions pour lutter contre ce fléau. L'entreprise mène a ce titre une expérimentation surprenante en Australie.

Le "revenge porn" ou "porno vengeance" en français consiste en la diffusion images à caractère sexuel dévoilées sans le consentement des personnes photographiées ou filmées, notamment des clichés d'une ancienne relation avec qui la séparation ne s'est pas faite en bons termes.

Une étude dévoilée en mai dernier par l’université de Melbourne expliquait qu’un Australien sur cinq aurait déjà été victime de "revenge porn". Ce phénomène serait dû à la nouvelle tendance qui consiste à envoyer des selfies érotiques, mais aussi à la prolifération de contenus sexuellement explicites sur Internet.

Et l'un des sites les plus touché par ce genre de contenu n'est autre que le célèbre réseau social Facebook. L'entreprise de Mark Zuckerberg a décidé de prendre le problème à bras-le-corps comme l'explique le site Mashable, qui dévoile qu'un programme-pilote va être testé en Australie pour enrayer ce phénomène.  

Et le programme est pour le moins surprenant puisqu'il consiste à envoyer en amont la photo qui pourrait être compromettante à Facebook avant qu'elle ne soit publiée par un tiers. Le cliché est alors intégré à l'algorithme et on ne peut plus le publier sur le réseau social pour exercer une triste vengeance.

"La sécurité et le bien-être de la communauté Facebook est notre priorité. Ces outils, développés en partenariat avec des experts en sécurité, sont un exemple de comment nous utilisons les nouvelles technologies pour nous assurer de la sécurité des personnes", explique dans un communiqué Antigone Davis, chef de la sécurité de la société.

Reste à savoir si les utilisateurs de Facebook seront nombreux à envoyer de leur plein gré des photos dénudés au réseau social le plus puissant du monde.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Facebook est l'un des sites les plus touchés par le "revenge porn".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-