Le British Medical Journal étrille le fact-checking de Facebook : "inexact, incompétent, irresponsable"

Le British Medical Journal étrille le fact-checking de Facebook : "inexact, incompétent, irresponsable"

Publié le 28/12/2021 à 11:48
Pixabay / FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les rédacteurs en chef du British Medical Journal, l’une des revues scientifiques les plus anciennes et respectées dans le monde, ont adressé le 17 décembre une lettre ouverte au vitriol à Mark Zuckerberg, patron de Facebook, dans laquelle ils contestent le fact-checking opéré par le réseau social à propos des révélations sur la falsification des données des essais cliniques du vaccin Pfizer, plus connues sous le nom de "PfizerGate".

Le 2 novembre, le scandale du PfizerGate éclate

En septembre, Brook Jackson, ex-directrice régionale de Ventavia, l'un des sous-traitants de Pfizer en charge des essais cliniques du vaccin contre le Covid-19, déclarait au BMJ que l’entreprise texane aurait falsifié ses données, violé des règles fondamentales en matière de conduite des essais cliniques, et « mis du temps » à suivre les événements indésirables signalés dans l'essai pivot de phase III de Pfizer. Bien qu’informée de ces mauvaises pratiques, la FDA n’a mené aucune inspection des sites de Ventavia, apprenait-on également. A l’appui de ses accusations, Brook Jackson avait transmis au journal des dizaines de documents internes à l’entreprise, comprenant photos, enregistrements audios et emails.

Après examen juridique et revue par les pairs en vue de satisfaire à son haut niveau d’exigence éditoriale, le BMJ publiait le 2 novembre le rapport à l’origine du PfizerGate, écrivant : « Le témoignage d'une personne travaillant sur ce site soulèverait "de sérieuses questions sur l'intégrité des données et la surveillance réglementaire ».

Voir aussi : "PfizerGate" ? Révélations sur des essais cliniques falsifiés par le triptyque Pfizer - Ventavia - FDA

Le BMJ dénonce un fact-checking fallacieux de Facebook

Le 10 novembre, les lecteurs qui souhaitaient partager ce rapport sur Facebook ont commencé à signaler des problèmes, voyant à côté de leur post une étiquette : « Manque de contexte. Des vérificateurs de faits indépendants disent que ces informations pourraient induire les gens en erreur. » D’autres ont été informés que les utilisateurs qui postaient de « fausses informations » verraient leurs contenus rétrogradés sur le fil d’actualité du réseau social. Quant aux administrateurs même du compte BMJ, ils ont reçu de Facebook un signalement selon lequel ce genre de post était « partiellement faux ».

Par ailleurs, les lecteurs étaient ensuite redirigés vers un site de fact-checking employé par Facebook : Lead Stories. Le BMJ écrit dans sa lettre que la vérification faite par la firme est non seulement « inexacte » et « incompétente », mais aussi « irresponsable », estimant qu’en plus de n’apporter aucun élément factuel permettant de démontrer que la revue s’était trompée, le titre donné au fact-checking est absurde : « Le British Medical Journal n'a PAS révélé de rapports d’anomalies compromettants et ignorés dans les essais cliniques du vaccin Pfizer contre le COVID-19. »

Outre l’URL du lien de l’article contenant les termes « alerte canular » et une capture d’écran comportant un tampon « erreurs vérifiées », les rédacteurs en chef ne cachent pas non plus leur désabusement devant la grossière erreur de Lead Stories qui, dès le premier paragraphe, se trompe en qualifiant la revue médicale britannique existant depuis 1840 de « site d’information d’actualités ».

Lead Stories répond

Dans sa réponse au BMJ, Lead Stories s’estime pour sa part dans son bon droit puisque « le titre de l’article est effrayant, survendant le lanceur d’alerte et surestimant le danger ». Selon eux, un titre moins trompeur aurait été plus approprié puisque les affirmations du lanceur d’alerte ne concernent que trois des 153 sites sur lesquels le vaccin a été testé.

D’autre part, l’entreprise met aussi en question la crédibilité de l’ex-directrice régionale, ne la trouvant pas suffisamment diplômée, et justifie son action par le fait que de nombreux anti-vaccins ont relayé l’article, laissant ainsi courir le bruit que l'intégralité de l’essai clinique de Pfizer était frauduleux.

"Lead Stories" exprime également son inquiétude quant au fait que la publication ait coïncidé par inadvertance avec la circulation d’une fausse information selon laquelle le PDG de Pfizer aurait été arrêté pour fraude. Enfin, ils tiennent à relativiser la portée de leur acte, soulignant que l’étiquette « manque de contexte » constitue la mesure la moins pénalisante appliquée par Facebook.

Un fact-checking partisan dénoncé sur les réseaux sociaux

Lead Stories n’abordant, sur le fond, ni l’affaire du PfizerGate, et, sur la forme, ni les points soulevés par la revue, cette affaire en a amené plusieurs à dénoncer un parti pris biaisé de Facebook.

Ainsi, Robert Malone, inventeur de la technologie ARNm, a commenté sur Twitter : « Facebook censure maintenant le British Medical Journal parce que les nouvelles données scientifiques vont à l’encontre des mensonges et de la supercherie de Pfizer. »

En France, le sociologue et directeur de recherche au CNRS Laurent Muchielli a, pour sa part, constaté un « exemple de la désinformation massive opérée par Facebook sur les internautes du monde entier, par le biais de son pseudo "fact-checking". »

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




BMJ vs Facebook

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-