Le confinement sous l'oeil des drones à Paris, Nice et en Bretagne

Le confinement sous l'oeil des drones à Paris, Nice et en Bretagne

Publié le 25/03/2020 à 08:50
© VALERY HACHE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A
Pour surveiller l’application des mesures de confinement, des drones survolent désormais les rues de Paris comme les plages de Nice et de Bretagne.
 
Les autorités ont prévenu: la surveillance du respect du confinement se renforce sur l’ensemble du territoire. Dans plusieurs villes, elles ont donc fait appel à un dispositif de surveillance bien particulier, les drones. Ils permettent des survols aériens sans avoir recours à l’hélicoptère. 
 
Surveillance et dissuasion 
 
C’est ainsi qu’à Nice, un engin volant équipé d’un haut-parleur survole désormais la promenade des Anglais, interdite au public, parfois le centre-ville. Le drone surveille et s’exprime: il diffuse des messages enjoignant les habitants à rester chez eux. 
Le même système est utilisé à Ajaccio, en Corse, où l’appareil rappelle à l’ordre ceux qui auraient la mauvaise idée de se faire bronzer et se penseraient bien cachés. Les gendarmes bretons ont eux aussi recours à cette technologie, notamment sur les chemins côtiers. Avantage: «Les drones peuvent rapidement se porter sur une zone éloignée». Sans oublier l’aspect dissuasif, la gendarmerie des Côtes d’Armor prévient sur sa page Facebook, en publiant une vidéo. 
 
A Paris aussi
 
A Paris, la préfecture de police était en phase de tests vendredi dernier et en début de semaine, les drones commencent à décoller.
Les autorités disposent d’une vingtaine de drones polyvalents, capables de voler à 150 mètres de hauteur, avec une autonomie d’environ vingt minutes. Quant au haut-parleur, sa puissance sonore est de 100 db. 
Pour le préfet de police, Didier Lallement, ces engins font partie «des moyens de recueillir l’information», mais n’ont pas vocation à se substituer aux hommes de terrain. «Ce n’est un drone qui va remplacer une force de police, cela va de soi». Et appliquéer des amnedes.

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




A Nice, le drone surveille la promenade des Anglais

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-