Les réseaux sociaux sont un danger pour l'humanité, selon certains biologistes et écologistes

Les réseaux sociaux sont un danger pour l'humanité, selon certains biologistes et écologistes

Publié le 29/06/2021 à 13:58
Steiner Engeland / Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les réseaux sociaux sont un danger pour l'humanité, selon certains biologistes et écologistes. Un groupe de 17 chercheurs, de disciplines allant de la biologie à la philosophie, a publié un article dans la revue de l’académie américaine de science (PNAS) pour s’attaquer à un grave problème de société : l’impact négatif des réseaux sociaux sur l’humanité. Les réseaux sociaux ont radicalement restructuré la façon de communiquer en un laps de temps incroyablement court, et les milliards d’utilisateurs se retrouvent désormais guidés, voire manipulés par des algorithmes dont on ne connaît pas ou peu le fonctionnement. Selon les chercheurs, cela affecte notre démocratie, notre santé mentale et nos relations. En adoptant une approche multidisciplinaire, ce groupe de scientifiques s'attaque à cette question difficile, qui est maintenant considérée comme une véritable “crise”.

Ne pas comprendre les effets comportementaux collectifs des nouvelles technologies est un danger pour la démocratie et le progrès scientifique

Les auteurs avertissent que si elles sont mal comprises et non contrôlées, les nouvelles technologies contribuent à des phénomènes tels que « la falsification des élections, la maladie, l'extrémisme violent, la famine, le racisme et la guerre ». Selon l'auteur principal de l'étude, Joe Bak-Coleman, “la démocratisation de l'information a eu des effets profonds, en particulier pour les communautés marginalisées et sous-représentées. Cela leur donne la possibilité de se rassembler en ligne, d'avoir une plate-forme et d'avoir une voix.” Cependant d’autres événements très négatifs, comme la crise des musulmans rohingyas en Birmanie, et l’insurrection au Capitole aux États-Unis, ont été largement aidés par les réseaux sociaux et les outils numériques. Ce type d'événements sont-ils le prix à payer pour le développement technologique ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En adoptant une approche multidisciplinaire, allant de la climatologie à la philosophie, ce groupe de scientifiques s'attaque à cette question difficile, qui est maintenant considérée comme une véritable “crise”

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-