Maison intelligente : un piratage en Corée du Sud déclenche l’alerte

Maison intelligente : un piratage en Corée du Sud déclenche l’alerte

Publié le 08/12/2021 à 11:46
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

À l'approche des fêtes, de nombreux foyers profitent des promotions de fin d'année pour acheter des objets connectés qui permettent, en théorie, de sécuriser facilement leurs maisons, pour pouvoir partir l’esprit léger pendant les vacances. Cependant, un récent piratage en Corée du Sud montre à quel point l’automatisation de la sécurité de la maison peut devenir un danger plus qu’une solution. Des pirates informatiques, qui n'ont pas encore été identifiés, ont enregistré des photos et des vidéos de plus de 700 complexes d'appartements différents, soit pour demander des rançons, soit pour être vendues sur le "dark web" en échange de bitcoins. Pour 0,1 bitcoin, soit 5 080 € (selon le cours actuel), des clients pouvaient regarder en direct l’intérieur d’un appartement pendant vingt-quatre heures.

Connecter les appareils de vidéosurveillance et de domotique, au risque qu’ils nous trahissent ?

Certains se servent déjà de ces appareils pour fermer automatiquement leurs fenêtres, portails et volets, pour régler la température, pour regarder et enregistrer les visiteurs qui se trouvent de l’autre côté de la porte, ce qui peut dissuader les cambrioleurs. Mais, au vu des failles de sécurité potentielles, faut-il se débarrasser de ces outils qui risquent de mettre en danger la vie privée ? Selon le site Digital Trends, inutile de condamner tous les outils de sécurité domotique. Il faut cependant apprendre de ce tragique épisode coréen pour renforcer quelques mesures de sécurité.

Une série d’erreurs à éviter

Dans le cas du piratage sud coréen, la plupart des complexes d'appartements touchés fonctionnaient sur un seul sous-réseau, ce qui signifiait que les pirates n'avaient besoin que de traverser quelques pare-feu pour accéder à l'ensemble du bâtiment. En Corée du Sud, de nombreux bâtiments ont une technologie de maison intelligente intégrée, et c’est cette technologie qui a été la cible de l'attaque. Pour éviter cela à l’avenir, le gouvernement a annoncé revoir la législation sur la sécurité en ligne. De son côté, le ministère des Sciences et de la Technologie a conseillé aux résidents équipés de ces systèmes, de configurer des mots de passe uniques et de faire régulièrement les mises à jour. Couvrir physiquement les caméras non utilisées, comme celles des téléviseurs peut aussi aider à éviter des intrusions par des hackers.

Le FBI dénonce des téléviseurs espions

Il y a quelques années, le service de renseignement américain recommandait de prendre quelques mesures de sécurité face à la vague d’achats de téléviseurs connectés à l'occasion du Black Friday. Ces téléviseurs intelligents se connectent à Internet, et sont équipés d’une caméra. Grâce à la reconnaissance faciale, certains sont aussi capables de proposer une programmation adaptée à chaque personne, de passer des appels vidéos ou de pouvoir parler en vidéoconférence avec des proches depuis le salon. Pour éviter les risques et piratages de ces appareils, le FBI conseillait de placer un adhésif noir sur la caméra des téléviseurs.

Des conseils pour éviter le piratage de vos objets connectés à la maison

Beaucoup de marques ont mis en place une authentification facultative à deux facteurs, tandis que certaines entreprises l'exigent même pour utiliser l'appareil. Cette option est facile à configurer et est souvent suffisante pour éviter les piratages. Des obturateurs pour les caméras ont aussi fait leur apparition : des morceaux de plastique qui bloquent l'objectif. Entre autres conseils : améliorer les mots de passe et ne pas utiliser le même mot de passe pour connecter votre caméra de sécurité et votre compte Gmail ; changer les noms d’identifiant pour chaque appareil peut aussi diminuer les risques. Vous pouvez aussi supprimer régulièrement les enregistrements pour qu’ils ne tombent pas entre les mains des malfaiteurs.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La sécurité de la maison peut devenir un danger plus qu’une solution

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-