Multiplication des problèmes de santé psychologique et psychiatrique : quelle place pour les robots?

Multiplication des problèmes de santé psychologique et psychiatrique : quelle place pour les robots?

Publié le 13/11/2020 à 11:46 - Mise à jour à 11:50
© DENIS CHARLET / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Des centaines de millions de personnes dans le monde souffrent de problèmes de santé mentale, notamment l'anxiété et la dépression qui sont les plus courants. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver cette situation. Si les professionnels de la santé mentale sont divisés concernant les bienfaits de la technologie comme outil d’appui thérapeutique, un facteur devient de plus en plus évident: de nombreuses personnes préfèrent aborder leurs problèmes psychologiques ou psychiatriques avec un confident non humain, un robot par exemple, ou un autre outil doté d’intelligence artificielle.

Pourquoi préfère-t-on se confier à une machine?

Les professionnels de la santé mentale sont en général tous d’accord avec l'idée qu'une approche basée sur l'IA ne pourra jamais offrir d'empathie réelle, compétence humaine de base pour traiter les problèmes psychologiques et psychiatriques. Cependant, depuis longtemps, avant même l’explosion des technologies dirigées par les algorithmes et l’ère des chatbots, il est connu que quelqu’un soucieux de son état psychologique préférerait se tourner vers des procédés neutres et moins intimes, comme les tests “psycho” proposés par les livres ou magazines, plutôt que de consulter face à face avec un professionnel de santé. Cela est dû à la stigmatisation liée aux problèmes psychologiques et psychiatriques, et à la peur à être jugé par une autre personne.
Aujourd’hui, selon une enquête qui date de début octobre de Workplace Intelligence et d'Oracle,  seuls 18% des 12 000 travailleurs interrogés dans le monde entier préfèrent les humains aux robots ou aux questionnaires automatisés, pour aborder des questions de santé mentale. Plus de la moitié, 68% préfère parler à un robot du stress et de l'anxiété au travail, plutôt qu’à leur responsable direct au bureau. 80% des gens ont indiqué être ouverts à l'idée de s’adresser à un robot comme thérapeute ou conseiller psychologique.
Outre le critère important de la confidentialité des réponses, le rapport identifie l'accessibilité de l'aide 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 comme une des raisons pour se tourner vers les machines.

On est plus honnêtes quand on n'est pas face à un humain

Selon des chercheurs, en utilisant des systèmes de réponse vocale automatisée par téléphone, les patients sont plus susceptibles d'être honnêtes que lorsqu'ils parlent à une personne réelle. Même constat avec les chatbots, qui sont parfaitement adaptés comme outil de base et de prise de contact initial pour les professionnels de la santé mentale.
En outre, même s’ils sont très loin de la sensibilité du cerveau humain, les algorithmes peuvent déjà être entraînés pour reconnaître des émotions dans le ton de voix ou dans le vocabulaire employé dans les publications sur les réseaux sociaux. Ces technologies permettent même de détecter immédiatement des personnes à haut risque, présentant par exemple des tendances toxicomanes ou suicidaires.

Le risque de piratage des données psychologiques et psychiatriques

Avec l’explosion du nombre d’applications et d’objets connectés capables de collecter les données physiques, émotionnelles et donc aussi psychologiques, ces informations intimes et extrêmement sensibles sont plus exposées aux piratages informatiques. En Finlande par exemple, le Centre de psychothérapie Vastano, présent dans 300 villes dans tout le pays, a été victime d’un piratage sans précédent. Des milliers de dossiers de patients en psychothérapie ont été volés  et certains ont été publiés, sur fond de chantage.
Ce pays nordique, qui est, selon l’ONU, le pays européen le plus touché par les maladies mentales, doit maintenant rassurer sa population pour qu'elle ne se détourne pas des services de santé mentale, car les victimes réfléchissent maintenant à deux fois avant de confier leurs données et problèmes psychologiques au système informatique d’un centre de santé, ou encore pire à un robot ou un chatbot.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La pandémie de COVID19 augmente les problèmes de stress et d'anxiété

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-