Facebook repérerait les adolescents vulnérables pour ses annonceurs

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Facebook repérerait les adolescents vulnérables pour ses annonceurs

Publié le 01/05/2017 à 16:29 - Mise à jour à 16:42
©Dado Ruvic/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le journal "The Australian" a affirmé dimanche avoir eu accès à un document interne confidentiel de Facebook détaillant un algorithme capable d'identifier les périodes de vulnérabilité des jeunes utilisateurs. Cela permettrait aux annonceurs de savoir quand proposer leurs produits à des acheteurs "anxieux".

Facebook serait prêt à vendre le malheur des adolescents à ses annonceurs. Selon The Australian, le réseau social aurait les moyens de repérer les moments où ses jeunes utilisateurs sont le moins bien dans leur peau.

Le journal affirme dans un article paru dimanche 30 avril avoir eu connaissance d'un rapport de 23 pages présentant un algorithme qui permet d'identifier précisément des sentiments négatifs. Cela grâce à l'exploitation des publications de l'utilisateur, de ses interactions sur le site et de son activité sur Internet. Ce système permettrait de définir si un jeune utilisateur -qu'il soit lycéen, étudiant ou salarié- se sent "stressé", "nerveux", "stupide", ou "inutile" parmi une dizaine de qualificatifs possible.

Une précision destinée aux annonceurs afin qu'ils sachent à quel moment l'utilisateur a besoin de"booster sa confiance en lui", ajoute le quotidien national australien, ce qui permettrait donc de mieux cibler les campagnes de publicité.

Interrogé par le journal, Facebook n'a pas nié les faits mais invoque une initiative prise par un de ses membres sans l'accord de la direction: "Nous avons ouvert une enquête afin de comprendre comment une telle faille est survenue", a fait savoir un porte-parole de l'entreprise, évoquant de possibles "procédures disciplinaires".

Ce document vise les jeunes inscrits à Facebook en Australie et en Nouvelle-Zélande, mais on ignorait encore ce lundi si un tel système a également été mis en place dans d'autres pays. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La direction de Facebook a affirmé ne pas être au courant de tels procédés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-