Toulouse: une greffe rénale par voie vaginale réalisée par un robot

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Toulouse: une greffe rénale par voie vaginale réalisée par un robot

Publié le 19/08/2015 à 14:58 - Mise à jour à 15:27
©Swoan Parker/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): RT

-A +A

En juillet, deux chirurgiens du CHU Rengueil de Toulouse ont réussi à transplanter un rein sur une femme, en une seule séquence, par voie vaginale, grâce à un robot chirurgical. Une première mondiale, selon l'hôpital qui a annoncé la nouvelle ce mercredi.

C’est une première mondiale. En juillet, deux chirurgiens de CHU Rengueil de Toulouse ont transplanté un rein prélevé à une donneuse à sa soeur, par voie vaginale, "en une seule séquence, exclusivement par robot chirurgical", a annoncé l’établissement dans un communiqué ce mercredi 19.

Les docteurs Nicolas Doumerc et Federico Sallusto, respectivement expert en chirurgie urologique par robot-assistée et chirurgien urologue, ont réalisé cette double opération par voie coelioscopique pour limiter le nombre d'incisions. Ainsi, lors de cette opération, cinq petites incisions de 8 millimètres sur chacune des patientes ont suffi à laisser passer le bras du robot Da Vinci. Quant au greffon prélevé sur la donneuse, il a été enveloppé dans un sac plastique et enduit de gel pour glisser dans la paroi vaginale de la receveuse. La suite s’est déroulée sans encombre: la première a pu regagner son domicile le  lendemain de l’opération, et la seconde quatre jours plus tard.

Parmi les nombreux bénéfices de cette intervention: "diminution de la taille de la cicatrice, atténuation de la douleur et du risque d'épanchement de liquide lymphatique, traitement postopératoire moins lourd". Et, "au-delà des avantages purement médicaux -moins de risques infectieux, d’éventration, de douleur-, aucune femme ne peut rester insensible au bénéficie esthétique d’une telle chirurgie qui la laisse sans cicatrice", fait valoir le CHU. 

A ce jour, une centaine de personnes seulement, en Inde et aux Etats-Unis, ont bénéficié d’une transplantation rénale au moyen d’un robot chirurgical. En France, ce procédé a été utilisé pour la première fois en 2001 à l'hôpital Mondor à Créteil, puis au CHU de Tours en 2013 pour ce type d'opération.

Puis, une étude parue en mars en Inde au sujet de 8 patientes ayant bénéficié d’une technique innovante d’introduction du greffon, par voie vaginale, mais par cœlioscopie traditionnelle (sans robot), a donné l’idée aux docteurs Doumerc et Sallusto de combiner ces deux techniques.

Ainsi, les deux hommes ont d’abord réalisé "le 13 mai dernier une première transplantation rénale robot-assistée avec introduction du greffon par voie vaginale au CHU de Toulouse", déjà "une première mondiale". Puis, le 9 juillet, "pour  la première fois au monde, une séquence unique a été accomplie avec assistance robotique: extraction rénale puis transplantation, réalisées par voie vaginale chez deux sœurs".

Encouragés par ce premier succès, les deux chirurgiens envisagent désormais de lancer un programme pour "banaliser" ce type d'opération. A long terme, le développement de la transplantation robot-assistée devrait permettre à des patients non éligibles à la transplantation classique, du fait notamment d’une obésité morbide, d’en bénéficier. Pour les hommes, le rein est implanté par le biais d’une petite incision au-dessus du pubis.

 

 

 

Auteur(s): RT


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Lors de l'opération, cinq petites incisions de 8 millimètres sur chacune des patientes ont suffi à laisser passer le bras du robot. (Photo d'illustration).

Newsletter





Commentaires

-