Troubles neurologiques : une application pourrait diagnostiquer Alzheimer avec un scan des yeux

Troubles neurologiques : une application pourrait diagnostiquer Alzheimer avec un scan des yeux

Publié le 13/05/2022 à 16:20
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La maladie d'Alzheimer ainsi que le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) pourraient être diagnostiqués à l'aide d'une application pour smartphone. Des chercheurs de l'université de San Diego ont déclaré avoir développé des algorithmes capables de scanner l'iris des patients pour détecter dans leurs yeux des symptômes de maladies ou de troubles neurologiques.

Lire aussi : Biométrie dans l'espace public: le rapport du Sénat se veut rassurant mais laisse "des zones de flou"

Mesurer la pupille pour évaluer l'état cognitif

La taille de la pupille peut fournir des informations sur les fonctions neurologiques d'une personne : elle augmente lorsque l'on effectue une tâche cognitive difficile ou entend un son inattendu. En mesurant ses changements de diamètre, on peut donc diagnostiquer et surveiller diverses maladies et troubles neurologiques, plus facilement qu’avec les méthodes traditionnelles.

L'application en question, développée par l'équipe de l'UC San Diego, utilise la caméra infrarouge d'un smartphone pour détecter la pupille d'une personne. Le spectre infrarouge permet de différencier la pupille de l'iris, afin de calculer la taille de la première avec une précision inférieure au millimètre, et ce sur différentes couleurs d'yeux. L'application utilise également une image couleur capturée par la caméra avant du smartphone pour définir la distance stéréoscopique entre l'appareil et l'utilisateur. Cette distance permet de convertir la taille de la pupille en unités millimétriques. Les chercheurs ont également inclus diverses fonctionnalités dans leur application afin de la rendre plus simple pour les personnes âgées : une interface à commandes vocales, des instructions basées sur des images et une lunette en plastique bon marché...

Démocratiser le diagnostic sans passer par une clinique

"Nous espérons que cela ouvrira la porte à de nouvelles explorations de l'utilisation des smartphones pour détecter et surveiller plus tôt les problèmes de santé potentiels", a déclaré Colin Barry, titulaire d'un doctorat en génie électrique et informatique, premier auteur de l'article. “Cela pourrait avoir un impact énorme sur la santé publique”, ajoutait Eric Granholm, professeur de psychiatrie à la faculté de médecine de l'UC San Diego et directeur du MHTech Center, qui espère que cette application soit mise en place dans le cadre de diagnostics à grande échelle et peu coûteux.

Les chercheurs sont confiants dans la précision des résultats

Au cours des tests, les chercheurs ont constaté que les mesures de l'application étaient comparables à celles prises par un pupillomètre, l'appareil de référence qui n'est aujourd'hui accessible que dans les cliniques. "Bien qu'il reste encore beaucoup de travail à faire, je suis enthousiasmé par le potentiel d'utilisation de cette technologie pour amener le dépistage neurologique hors des laboratoires cliniques dans les maisons", s'est enjoué Colin Barry. Les chercheurs sont déjà en train de mettre au point la technologie pour qu’elle soit capable de faire une détection précoce de la maladie d’Alzheimer.

Reste que, selon d'autres études, c'est justement l'utilisation d'appareils électroniques qui influe sur l'apparition précoce de maladies cardiaques ou de troubles neurologiques. Si c'était avéré, ne vaudrait-il pas mieux se concentrer sur la cause du problème plutôt que sur la détection des symptômes ?

Lire aussi : Les téléphones portables pourraient expliquer l'apparition précoce de la maladie d'Alzheimer

 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Faut-il s'intéresser aux symptômes ou à la cause ?

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-