La suppression des vols intérieurs courts entre en vigueur sans enthousiasme

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 23 mai 2023 - 18:55
Image
TP Loi et Politique
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

DÉPÊCHE — Dès ce mardi 23 mai, les vols intérieurs courts pouvant être remplacés par moins de deux heures et demie de train sont interdits. Publié dans le Journal Officiel, ce décret était prévu par la loi Climat et résilience du 22 août 2021, mais semble peu soutenu.

Sur le papier, l'idée consiste à privilégier les modes de transports les moins polluants. Mais cette interdiction ne cesse de faire débat depuis qu'elle a été évoquée en 2021. Alors, comme le rapporte l'AFP, une partie du secteur aérien la jugeait contraire au principe de libre-prestation et inadaptée à la lutte contre le changement climatique. C'est pourquoi la Commission européenne s'est penchée sur la question à travers une enquête. Résultat : le texte finit par être publié, mais semble convenir ni aux écologistes, ni au secteur de l'aviation.

Théoriquement, ça paraît simple : si vous pouvez remplacer un trajet en avion par un trajet en train qui dure moins de deux heures et demie, vous devez le faire. Mais il y a de nombreuses conditions qui rendent la pratique difficile à comprendre : le trajet en train doit desservir, sans changement, les mêmes villes que les aéroports concernés ; la liaison doit permettre plus de huit heures de présence sur place dans la journée, et ce toute l'année ; "les fréquences doivent être suffisantes et les horaires appropriés, compte tenu des besoins de transport des passagers empruntant cette liaison, notamment en matière de connectivité et d'intermodalité, ainsi que des reports de trafic qui seraient entraînés par l'interdiction" ; l'interdiction ne concerne pas les vols en correspondance.

Concrètement, les seules liaisons concernées sont Paris-Orly-Nantes, Orly-Lyon et Orly-Bordeaux.

Christine Arrighi, députée écologiste de Haute-Garonne, déplore les failles trop évidentes de l'interdiction : "On change d'aéroport, au lieu de partir d'Orly, on part de Roissy, et comme on part de Roissy, tout est permis (...) Ce décret vide complètement de son sens la loi Climat et résilience sur cet enjeu-là".

Du côté du secteur aérien, c'est justement le côté écologique de la décision que l'on remet en question : "Nous contestons l'idée simpliste selon laquelle la réduction des émissions carbone pourrait s'obtenir pour partie par l'interdiction de liaisons aériennes", a déclaré à l'AFP le président de l'Union des aéroports français (UAF), Thomas Juin. Il se moquait un peu : "On ne voit pas pour le moment en Europe d'autres pays se précipiter pour imposer ce type de mesures".

La principale organisation de compagnies aériennes européennes, Airlines for Europe (A4E), a pour sa part critiqué les "interdictions symboliques" et appelé les gouvernements à soutenir des "solutions réelles et significatives" pour décarboner l'aviation. "La Commission européenne, dans sa propre évaluation des interdictions de vols en France, reconnaît qu'interdire ces trajets n'aura que des conséquences négligeables" sur l'atteinte des objectifs climatiques, a affirmé le directeur général par intérim d'A4E, Laurent Donceel. Il a par ailleurs rappelé que les compagnies aériennes s'étaient engagées à "zéro émission nette" de CO2 à l'horizon 2050, via notamment le recours à des carburants d'origine non fossile.

L'ONG Transport & Environment (T&E) avait également estimé en décembre que "l'interdiction des vols [courts] en France est une mesure symbolique qui n'aura malheureusement que très peu d'impact sur les émissions".

En somme, une décision mi-figue mi-raisin qui semble ne ravir personne.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.