Nantes: les chauffeurs en colère, pas de tram et peu de bus jusqu'à mardi

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 20 juin 2016 - 19:46
Image
Tramway Nantes
Crédits
©jean-louis Zimmermann
Le personnel a décidé de monter au créneau contre ces incivilités répétées avec un mouvement social d'ampleur, alors qu'ont lieu les épreuves du baccalauréat.
©jean-louis Zimmermann
A Nantes, les chauffeurs de bus et de tram sont en colère après qu'un voyageur s'en soit pris samedi soir à la porte isolant le conducteur des passagers, la frappant trois fois jusqu'à la dégonder. Signe de leur exaspération "face aux agressions et aux incivilités quotidiennes", aucun tramway et peu de bus circulaient ce lundi dans la ville. Ces perturbations devraient durer jusqu'à mardi soir.

Aucun tramway et peu de bus circulaient ce lundi 20 à Nantes et ces perturbations vont durer jusqu'à mardi 21 au soir en raison d'un mouvement de colère du personnel de la Semitan après l'agression d'un conducteur de tram samedi 18 au soir, a-t-on appris auprès de la CFDT. Depuis ce lundi matin, seules une vingtaine de lignes de bus, qui dépendent de prestataires extérieurs, circulaient dans l'agglomération nantaise, selon la Semitan (Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise). Ce mouvement social est une conséquence, selon l'entreprise, de l'agression d'un conducteur de tram samedi soir, a-t-elle expliqué aux usagers sur son compte Twitter. Plus qu'un droit de retrait, "c'est un mouvement d'humeur pour montrer l'exaspération du personnel face aux agressions et incivilités quotidiennes", a expliqué à l'AFP Chantal Roulaud, déléguée CFDT de la Semitan.

Samedi en début de soirée, le conducteur d'un tram, qui circulait dans le quartier sensible de Bellevue à Nantes, avait utilisé son avertisseur sonore pour faire bouger un véhicule qui bloquait la voie, provoquant la colère d'un homme entré un peu plus loin dans le tram. Cet homme s'en est pris à la porte isolant le conducteur des passagers, la frappant trois fois jusqu'à la dégonder. Le conducteur n'a subi aucune violence physique. Selon la déléguée CFDT, depuis un certain temps des rodéos sont organisés dans ce quartier, sur les voies du tram dont la circulation est de plus en plus perturbée comme cela a encore été le cas dimanche, nécessitant de couper la ligne.

Le personnel a décidé de monter au créneau contre ces incivilités répétées avec un mouvement social d'ampleur, alors qu'ont lieu les épreuves du baccalauréat. De nombreux lycéens, ainsi que des salariés ont exprimé depuis ce lundi matin leur inquiétude et leur compréhension sur Twitter.