Péages "gratuits": non, les conducteurs n'auront pas à rembourser Vinci

Péages "gratuits": non, les conducteurs n'auront pas à rembourser Vinci

Publié le 18/12/2018 à 12:05 - Mise à jour à 12:10
© SYLVAIN THOMAS / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

De nombreuses opérations "péages gratuits" ont été organisées par les gilets jaunes partout en France. Vinci a annoncé que les conducteurs qui en avaient profité allaient recevoir un courrier leur signifiant qu'ils devaient rembourser les sommes impayées. Ils ne seront cependant pas obligés de le faire.

De nombreux conducteurs ont profité des opérations "péages gratuits" organisées par les gilets jaunes partout en France. Un manque à gagner énorme pour les sociétés qui exploitent les autoroutes.

Vinci a ainsi fait parvenir des lettres demandant à certains conducteurs, identifiés grâce à des caméras de vidéosurveillance, de rembourser les sommes impayées.

Car l'entreprise n'a évidement pas donné son accord aux gilets jaunes pour que ceux-ci lèvent les barrières et laissent les conducteurs passer sans que ceux-ci n'aient à payer quoi que ce soit.

A voir aussi: Mariage - deux gilets jaunes se disent "oui" sur un péage occupé (photos)

Contactée par France-Soir lundi 17 la société exploitante d'autoroutes a assuré que ces lettres n'étaient en aucun cas des injonctions de payer. Dans le même temps, l'entreprise a aussi indiqué qu'aucune majoration ne serait appliquée.

En d'autres termes: les conducteurs qui ont reçu, ou vont recevoir, cette fameuse demande de remboursement ne sont pas obligés de payer leur passage au péage. Vinci en appelle donc seulement au bon sens et à l'honnêteté de ses usagers.

L'entreprise estime à "plusieurs dizaines de millions d'euros" le montant des dégâts qu'elle a subi sur l'ensemble de son réseau. Outre les opérations "péages gratuits", de très nombreux actes de vandalisme ont en effet été recensés.

A lire aussi:

Un député LREM (ivre?) prêt à se battre contre des gilets jaunes à un péage (vidéo)

Péage autoroute: le gouvernement veut enlever les barrières

Péages urbains: 5 euros pour rouler dans Paris? Ce n'est pas pour tout de suite

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vinci va envoyer une demande de remboursement aux conducteurs qui ont profité des opérations "péages gratuits" des gilets jaunes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-