Voitures avec radars embarqués privées: leurs marges d'erreur

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Voitures avec radars embarqués privées: leurs marges d'erreur

Publié le 20/04/2018 à 10:57 - Mise à jour à 11:04
©Philippe Huguen
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les autorités ont annoncé ce vendredi la mise en place de voitures privées avec radar embarqué. Voici les marges d'erreurs pour les contrôles de vitesse (flash) de ce nouveau dispositif de la Sécurité routière.

L'objectif du gouvernement est de multiplier les contrôles automatisés sur les routes françaises. Les nouvelles voitures banalisées privées avec radar embarqué ont été mises en service ce vendredi 20 en Normandie, dans l'Eure, a annoncé la Sécurité routière. Un dispositif qui a fait vivement réagir les associations d'automobilistes mais que les autorités justifient en invoquant la volonté de sauver des vies et par la nécessité de libérer des gendarmes de cette tâche subalterne. Il ne faudrait donc y voir aucune volonté d'en faire une "machine à fric", assure la gendarmerie.

Pour preuve, les autorités ont ainsi annoncé des marges d'erreur associées au système "supérieures" à ce qui est pratiqué dans la majorité des autres contrôles de vitesse.

Concrètement, le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, a annoncé ce vendredi matin sur France Info des retenues allant de 10km/h soustraits pour une vitesse inférieure à 100km/h et 10% pour les automobilistes flashés au-dessus de ce seuil.

Lire aussi - Radars: l'astuce "géniale" des gendarmes pour éviter les amendes

Dans le détail, la vitesse retenue pour une voiture contrôlée à 90km/h sera de 80km/h. Pour un automobiliste pris à 140km/h, ce serait 126km/h.

Ainsi, rien à craindre pour ceux qui rouleraient à 144km/h sur autoroute limitée à 130km/h (vitesse retenue à 130km/h), ou 122km/h sur les voies limitées à 110km/h et ainsi de suite.

"Le nombre de flashs va augmenter dans un premier temps mais les automobilistes vont s'adapter. Il n'y a aucun objectif financier. Le seul est d'épargner des vies", a ainsi expliqué Emmanuel Barbe. Puis de détailler que d'ici la fin de l'année 2020 "le dispositif tournera sur toute la France". Les automobilistes sont prévenus.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les contrôles de vitesse par radars embarqués, déjà existants, vont se multiplier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-