Waze, Coyote, Maps : pourquoi certains contrôles routiers ne seront plus signalés ?

Waze, Coyote, Maps : pourquoi certains contrôles routiers ne seront plus signalés ?

Publié le 26/10/2021 à 09:36
LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

À compter du 1ᵉʳ novembre, tous les contrôles routiers ne seront plus forcément signalés sur Waze ou Coyote par exemple ; la présence de policiers et de gendarmes pour des contrôles de vitesse resteront visibles sur l’application. En revanche, les contrôles liés à la recherche d’alcoolémie, de stupéfiants ou de personnes dangereuses (terroristes, évadés de prison ou d’hôpitaux psychiatriques dangereux, mais également dans le cadre d’une alerte enlèvement par exemple), ne seront plus visibles dans certaines zones et dans certaines conditions.

La décision avait été prise en avril dernier et entrera en vigueur dès le 1ᵉʳ novembre. À compter de lundi prochain, donc, les préfets pourront interdire la « rediffusion de tout message ou de toute indication émis par les utilisateurs d’un service électronique d’aide à la conduite ou à la navigation ». Objectif : éviter de signaler les contrôles d’alcoolémie ou de recherches de stupéfiants, mais également les barrages liés à la recherche de terroristes présumés ou de personnes soupçonnées d’enlèvement d’enfant.

Une interdiction très limitée dans le temps et géographiquement

L’interdiction demandée sera limitée à une « zone blanche » de 2 km de périmètre en zone urbaine et de 10 km en zone rurale. La suspension des signalements ne durera que deux heures maximum pour les contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants, et douze heures pour une alerte terroriste ou enlèvement.

Elle ne sera valable que sur les routes départementales et communales. Pendant cette période, les automobilistes pourront continuer à signaler les contrôles (sans risquer de contravention) mais leur signalement ne sera pas visible des autres utilisateurs. Le signalement d’une présence policière pour contrôle de vitesse n’est donc pas concernée par cette mesure.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une interdiction très limitée dans le temps

Newsletter





Commentaires

-